Inde: la pandémie provoque la débâcle du parti du Premier ministre lors d’importantes élections régionales

Le Premier ministre indien, Narendra Modi. (Samir Jana/Hindustan Times/Sipa USA – Isopix)

Ce dimanche, les résultats des élections régionales dans 5 États indiens ont été annoncés. En proie à une violente seconde vague épidémique, le pays a largement sanctionné le Premier ministre indien, Narendra Modi pour les problèmes de gestion de la crise. Sur les 5 États votant, un seul a été remporté par son parti, le Bharatiya Janata Party (BJP).

Les plus importantes élections du week-end avaient lieu au Bengale-Occidentale. Il s’agit du 4e État le plus peuplé d’Inde et est par conséquent l’une des économies les plus importantes du pays. Cela fait 10 ans que la région est dirigée par Mamata Banerjee, la seule femme à la tête d’un État. Cette année toutefois, le Premier ministre, Narendra Modi, était sûr de gagner.

Mais ça, c’était avant la seconde vague qui frappe très durement le pays. Il y a quelques mois, l’Inde pouvait se targuer d’avoir vaincu le coronavirus. Dans ce pays de plus de 1,3 milliard d’habitants, il y avait début mars moins de 20.000 contaminations quotidiennes recensées. Deux mois plus tard, le pays a dépassé la barre des 400.000 cas par jour.

La violence de cette vague a provoqué la colère des Indiens. Eux qui louaient Modi au début de l’année pour sa gestion de la pandémie, aujourd’hui, l’accusent de ne pas avoir prévu cette catastrophe. Tous les hôpitaux du pays manquent d’oxygène pour soigner les malades. Les morts sont tellement nombreux que les centres de crémation ne savent plus suivre et doivent bruler les morts sur les parkings. Certains observateurs pensent même que les chiffres sont encore sous-estimés. Ces dernières semaines, ils étaient nombreux à critiquer la gestion de la pandémie, considérant que Modi a préféré se concentrer sur les élections plutôt que la situation sanitaire.

Le BJP perdant

Toutes ces critiques sur le Premier ministre ont eu un impact direct sur son parti. Il n’a réellement gagné qu’un État sur les 5 qui votaient. Et ce n’était pas celui qui était le plus désiré par le BJP.

Le BJP a en effet seulement maintenu son pouvoir dans l’État d’Assam. Il s’agit d’une région en proie à de vives tensions liées à une ségrégation entre les ‘vrais’ Indiens, qui peuvent prouver leurs origines et les apatrides, qui sont placés dans des centres de détention.

Au Bengale-Occidentale, c’est donc Mamata Banerjee et son parti qui ont largement gagné les élections. Sur les 294 sièges du parlement régional, le All India Trinamool Congress (TMC) a gagné plus de 200 sièges. Le BJP n’en a obtenu que 77.

Malgré cette défaite cuisante, Modi, du haut de ses 70 ans, reste la personnalité politique la plus populaire du pays. La crise a mis en évidence quelques personnalités politiques régionales comme Mamata Banerjee, Pinarayi Vijayan dans le Kerala ou Muthuvel Karunanidhi Stalin, Premier ministre du Tamil Nadu. Mais ils sont encore loin d’obtenir l’adhésion de toute une nation.

En savoir plus: