Harari met les morts du Covid-19 sur le dos des politiciens: ‘Nous nous posons les mauvaises questions’

Noah Yuval Harari (SELCUK BULENT/SIPA/Isopix)

Pourquoi y a-t-il tant de décès liés au coronavirus ? ‘À cause de mauvaises décisions politiques’, dénonce l’historien Yuval Harari dans un article d’opinion du Financial Times.

Pendant des années, Yuval Harari a été connu comme un penseur progressiste et une rock star intellectuelle. Ses livres Sapiens et Homo Deus ont fait de lui un phénomène mondial. L’année dernière, Newsweek Belgique a organisé un événement dans la Lotto Arena d’Anvers en y invitant Harari, alors que le coronavirus était encore une ‘grippe’. Aujourd’hui, l’historien analyse la dernière année de pandémie.

200.000 tonnes avec 22 hommes

Harari résume la crise du coronavirus dans une large perspective. ‘Dans le passé, lorsque les gens étaient confrontés à des fléaux comme la peste noire, nous n’avions aucune idée de ce qui en était la cause ou de la manière de l’arrêter. Lorsque la grippe espagnole a frappé en 1918, les meilleurs scientifiques du monde n’ont pas pu identifier le virus mortel. De nombreuses contre-mesures ont été inutiles et les tentatives de mise au point d’un vaccin efficace ont été vaines’, rappelle-t-il.

‘Beaucoup de gens pensent que le terrible bilan du coronavirus montre que l’humanité est impuissante face à la puissance de la nature.’

L’année 2020, selon Harari, a montré que l’humanité est loin d’être impuissante. ‘Les épidémies ne sont plus des forces incontrôlables de la nature. La science les a transformés en un défi gérable’, analyse-t-il.

Un exemple: ‘En 2020, le commerce mondial a pu continuer à fonctionner plus ou moins bien car il implique au final très peu de personnes. Un porte-conteneurs moderne peut transporter plus de marchandises que la flotte marchande de tout un royaume au XVIe siècle. En 1582, la flotte marchande anglaise avait une capacité de transport totale de 68.000 tonnes et nécessitait environ 16.000 marins. Le porte-conteneurs OOCL Hong Kong, baptisé en 2017, peut transporter environ 200.000 tonnes avec un équipage de 22 personnes.

L’OOCL Hong Kong peut transporter 200.000 tonnes. (Ben Matthews/REX/ShutterstockOOCL)

‘En 1918, l’humanité n’habitait que le monde physique. Lorsque la grippe espagnole a balayé le monde, l’humanité n’avait nulle part où fuir. Aujourd’hui, nous sommes nombreux à vivre dans deux mondes: le monde physique et le monde virtuel. Lorsque le coronavirus a circulé dans le monde physique, de nombreuses personnes ont passé une grande partie de leur vie dans le monde virtuel, où le virus ne pouvait pas les suivre.’

Des décès évitables

Pour Harari, s’il y a autant de décès liés au Covid-19, c’est ‘à cause de mauvaises décisions politiques’. D’après lui, ‘des centaines de millions de morts’ auraient même pu être évitées.

‘Aujourd’hui, l’humanité a les moyens scientifiques d’arrêter le Covid-19. Plusieurs pays, du Vietnam à l’Australie, ont prouvé qu’ils pouvaient arrêter l’épidémie même sans le vaccin. Nous pouvons donc vaincre le virus, mais nous ne sommes pas sûrs d’être prêts à payer le prix de cette victoire. C’est pourquoi la science a placé une énorme responsabilité sur les épaules des politiciens’.

‘Malheureusement, trop d’hommes politiques n’ont pas assumé cette responsabilité’, déplore Harari. ‘Les présidents populistes des États-Unis et du Brésil ont minimisé le danger, ont refusé d’écouter les experts et ont plutôt lancé des théories conspirationnistes. Ils n’ont pas réussi à mettre en place un plan d’action fédéral solide et ont saboté les tentatives des autorités des États et des municipalités pour enrayer l’épidémie. La négligence et l’irresponsabilité des administrations Trump et Bolsonaro ont conduit à des centaines de milliers de morts évitables’.

Un accident en slow motion

Harari n’est pas non plus indulgent envers son propre pays, Israël. ‘Comme Taïwan, la Nouvelle-Zélande et Chypre, Israël est en fait un État insulaire, avec des frontières fermées et une seule porte d’entrée: l’aéroport Ben Gourion. Au plus fort de la pandémie, le gouvernement israélien a autorisé les voyageurs à passer par l’aéroport sans quarantaine ni même un contrôle adéquat’.

Israël et le Royaume-Uni ont ensuite pris l’initiative de déployer des vaccins contre le coronavirus. ‘Mais leur erreur de calcul prématurée leur a coûté cher. En Grande-Bretagne, la pandémie a coûté la vie à 120.000 personnes’, souligne l’historien.

Harari conclut en faisant remarquer que l’humanité n’a jusqu’à présent pas encore réussi à contenir la pandémie ni à concevoir un plan mondial pour vaincre le virus. ‘Les premiers mois de 2020, c’était comme regarder un accident en slow motion. Grâce aux outils de communication modernes, les gens du monde entier ont pu voir les images en temps réel, d’abord de Wuhan, puis d’Italie, et ensuite de plus en plus de pays. Mais, il n’y avait pas de leadership mondial pour empêcher la catastrophe d’engloutir le monde’.

Un hôpital italien, lorsque la pandémie a atteint l Europe. (IPA/Sipa USA)

‘Les politiciens n’ont pas réussi à former une alliance internationale contre le virus et à se mettre d’accord sur un plan mondial. Les deux plus grandes superpuissances, les États-Unis et la Chine, se sont mutuellement accusées de retenir des informations vitales, de répandre des théories de désinformation et de conspiration, et même de propager délibérément le virus’.

Un échec humain

‘L’année de la covidification a mis en évidence une limitation plus importante de notre pouvoir scientifique et technologique’, déclare Harari. ‘La science ne peut pas remplacer la politique. Lorsque nous devons prendre des décisions politiques, nous devons tenir compte de nombreux intérêts et valeurs. Et comme il n’y a pas de moyen scientifique de déterminer quels intérêts et quelles valeurs sont les plus importants, il n’y a pas non plus de moyen scientifique de décider ce que nous devons faire’.

Harari explique pourquoi. ‘Par exemple, lorsque nous décidons d’imposer un lockdown, il ne suffit pas de se poser la question : Combien de personnes tomberont malades à cause du Covid-19 si nous n’imposons pas le lockdown ? Nous devons également nous poser la question : Combien de personnes seront déprimées si nous imposons un lockdown ? Combien de personnes souffriront d’une mauvaise alimentation ? Combien de personnes n’iront pas à l’école ou perdront leur emploi ? Combien seront maltraitées ou assassinées par leur conjoint ? Même si toutes nos données sont exactes et fiables, nous devons toujours nous poser des questions : Qu’est-ce qui compte pour nous ? Qui décide de ce qui doit compter ? Comment évaluer les chiffres les uns par rapport aux autres ?’

Harari lui-même ne fournit pas de réponses à ces questions. ‘Ce sont les hommes politiques qui doivent peser les considérations médicales, économiques et sociales et proposer une politique globale. Si le Covid-19 continue à se propager en 2021, tuant des millions de personnes, ou si une pandémie encore plus meurtrière frappe en 2030, ce ne sera pas une catastrophe naturelle incontrôlable, ni une punition de Dieu. Ce sera un échec humain et – plus précisément – un échec politique’, conclut l’historien.

Arno Meijnen