Grace à son nouveau satellite, la NASA pourra détecter les plus infimes changements climatiques sur Terre

L’agence spatiale américaine vient de procéder au lancement d’un nouveau satellite vers l’espace. Ce dernier, baptisé Landsat 9, a pour mission de collecter des images de la Terre, perpétuant ainsi le programme Landsat lancé en 1972, destiné à permettre l’observation de notre planète depuis l’espace.

L’engin spatial a été lancé avec succès le 27 septembre depuis la base de Vandenberg Space Force, située en Californie, grâce à une fusée Atlas V de la United Launch Alliance, marquant le 2.000e lancement de la base. Le satellite s’est ensuite détaché de la fusée pour poursuivre sa route vers l’orbite terrestre.

Perché au-dessus de nos têtes, le satellite viendra remplacer le Landsat 7 vieillissant. En orbite terrestre depuis 1999, ce dernier va en effet prendre sa retraite. Son remplaçant va travailler conjointement avec Landsat 8 (2013) pour prendre des images de l’ensemble de la Terre tous les huit jours et permettra ainsi de suivre l’expansion urbaine, la couverture forestière et le recul des glaciers.

Un impact important

Grâce aux instruments scientifiques qu’il embarque, Landsat 9 sera en mesure de détecter les plus infimes changements au niveau des lacs, rivières et forêts du monde, en se basant sur la lumière réfléchie par la planète. Il pourra également suivre l’évolution des températures de surface.

« Landsat nous parle de la végétation de la Terre, de l’utilisation des terres, des côtes et des eaux de surface, pour n’en nommer que quelques-uns », a déclaré Karen St. Germain, chef de la division des sciences de la Terre de la NASA. « Lorsqu’il est combiné avec d’autres missions scientifiques de la Terre, cela peut nous dire ce qui se passe et aussi pourquoi », a-t-elle expliqué.

Depuis son lancement en 1972, le programme Landsat transmet des données continues sur l’écosystème de la planète. Ces données constituent une ressource inestimable pour la surveillance du changement climatique, depuis qu’elles ont été rendues publiques en 2008.

« Nous sommes en mesure d’examiner spécifiquement le climat et les impacts du changement climatique sur les écosystèmes », a déclaré Jeff Masek, scientifique du projet Landsat 9 de la NASA. « Nous avons cartographié les zones de couverture végétale accrue en hautes latitudes en raison du réchauffement climatique. Nous avons également vu des zones de végétation décliner dans des environnements semi-arides limités en eau. »

« Des images comme celle que Landsat 9 nous restituera nous aideront grandement à nous guider dans la façon dont nous gérons le changement climatique et à travailler pour nous assurer que nous pouvons prendre les meilleures décisions possibles, afin que les gens aient accès à l’eau, et que nous puissions cultiver notre propre nourriture à l’avenir », a déclaré la secrétaire à l’intérieur des États-Unis Deb Haaland.

À lire aussi:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20