Fini la biopsie: une IA révolutionne le dépistage du cancer de la prostate

– Isopix

Cancer le plus fréquent chez l’homme en Belgique, le cancer de la prostate voit – comme tous les autres cancers – sa mortalité diminuer s’il est détecté assez tôt. Une équipe de chercheurs sud-coréens est parvenue à mettre au point un système de dépistage moins invasif et plus précis.

Outre une prise de sang (pour mesurer le taux de PSA), le dépistage du cancer de la prostate nécessite des méthodes invasives telles que le toucher rectal et la biopsie de la prostate. Des techniques inconfortables et parfois douloureuses qui peuvent, dans de rares cas, entraîner des complications.

Mais une intelligence artificielle est sur le point de révolutionner le dépistage de la maladie. Elle est l’oeuvre d’une collaboration entre des chercheurs sud-coréens de l’Institute of Science and Technology (KIST) et de l’Asan Medical Center in South Korea.

Un test d’urine, et c’est tout

Cette IA permet de détecter un cancer de la prostate à l’aide d’un simple échantillon d’urine.

Quasiment infaillible, elle est également non invasive.‘Cette recherche a permis de mettre au point un biocapteur intelligent qui peut rapidement diagnostiquer le cancer de la prostate avec une précision de près de 100% uniquement grâce à un test d’urine, et il peut être utilisé pour diagnostiquer avec précision d’autres cancers ’, a déclaré le Dr Kwan Hyi Lee du KIST.

Comme le note l’équipe sud-coréenne, il était déjà possible de dépister un cancer de la prostate via un échantillon d’urine, mais cette technique manquait vraiment d’exactitude, vu que son taux de précision était évalué à 30%. Elle requérait une nette amélioration. C’est désormais chose faite.

Avantages

L’IA en question fonctionne via un biocapteur ultrasensible basé sur un signal électrique. Le système de capteurs arrive à mesurer les traces de quatre facteurs cancéreux dans l’urine. Grâce à un algorithme, l’IA parvient ensuite à déterminer si le patient souffre d’un cancer ou non.

Les 76 échantillons d’urine étudiés par l’équipe ont démontré une précision de près de 100%.‘Pour les patients qui ont besoin de chirurgie et/ou de traitements, le cancer sera diagnostiqué avec une grande précision en utilisant l’urine pour minimiser les biopsies et les traitements inutiles, ce qui peut réduire considérablement les coûts médicaux et la fatigue du personnel médical’, a conclu, optimiste, le professeur Jeong du centre médical Asan.

L’étude a été publiée dans la revue scientifique américaine ACS Nano.