Facebook va lutter contre les fake news liées au coronavirus

Face à la déferlante de fausses nouvelles liées au coronavirus, le puissant réseau social a annoncé s’attaquer au phénomène et oeuvrer pour une meilleure régulation des contenus.

Le responsable de la santé de Facebook, Kang-Xing Jin, a déclaré dans une publication posté sur le blog du réseau social ‘supprimerait les contenus comportant des allégations fausses ou des théories du complot qui ont été signalées par les principales organisations mondiales de santé et les autorités sanitaires locales et qui pourraient nuire aux personnes qui les croient’.

‘Cela inclut les allégations liées à de faux remèdes ou méthodes de prévention – comme le fait de boire de l’eau de Javel pour guérir le coronavirus – ou les allégations qui créent une confusion sur les ressources sanitaires disponibles’, a déclaré M. Jin. Il a ajouté qu’Instagram interdirait ou limiterait également certains hashtags et supprimerait les publications tendancieuses dès leur détection. Une mesure qui intervient quelques heures après l’état d’urgence sanitaire promulgué par l’OMS.

Google, Twitter et Youtube

Les géants d’internet réagissent, chacun à leur manière. Google a décidé de mettre en avant les informations officielles publiées par l’OMS dans les résultats de recherche. Twitter et Youtube ont opté pour la même stratégie, à savoir faire remonter les informations provenant de sources jugées fiables.

Facebook joue encore une fois sa réputation. L’année dernière, le réseau avait été attaqué pour son inaction face fausses théories sur la vaccination. Il avait alors annoncé, en septembre, un partenariat avec l’OMS visant à diriger les internautes vers des informations officielles livrées par l’organisation mondiale.

Se donner un rôle éducatif

L’entreprise a déclaré qu’elle continuerait à collaborer avec des fact-checkers indépendants pour limiter la propagation de fake news et, au contraire, promouvoir les informations précises et vérifiées. Elle publiera également des pop-up éducatifs contenant des ‘informations crédibles’ et partagera des données avec les chercheurs pour les aider à prévoir la propagation du virus.

‘Toutes ces mesures ne sont pas encore en place. Il faudra un certain temps pour les déployer sur nos plateformes et renforcer nos méthodes d’application’, a déclaré M. Jin. ‘Nous ferons le point sur les mesures supplémentaires que nous prenons en coordination avec nos partenaires mondiaux et régionaux à mesure que la situation continuera d’évoluer’.

Plus
Lire plus...
Marchés