Biden donne le feu vert à la fourniture de chars Abrams à l’Ukraine

La décision de l’Allemagne de fournir 14 chars Leopard à l’Ukraine a, comme prévu, entraîné un geste similaire de la part des États-Unis, qui enverront 31 chars Abrams. Le Kremlin prévient que les « provocations occidentales » pourraient entraîner une escalade de la guerre en Ukraine.

Pourquoi est-ce important ?

Il semble qu'avec leurs annonces quasi simultanées de fourniture de chars, les États-Unis et l'Allemagne veulent signaler à Vladimir Poutine que l'Occident reste uni derrière l'Ukraine en prévision d'une redoutable offensive russe dans les mois à venir.

La nouvelle : Les États-Unis annoncent officiellement qu’ils fourniront 31 chars Abrams à l’Ukraine. Au niveau international, les chars Abrams sont parmi les meilleurs chars disponibles.

  • L’engagement très médiatisé de la Maison Blanche est intervenu quelques heures à peine après que l’Allemagne a officiellement confirmé l’envoi de 14 chars Leopard dans la zone de guerre.
  • « L’attente de la Russie est que nous nous écroulions, que nous ne restions pas unis. Mais nous sommes pleinement et profondément unis », a déclaré le président américain Joe Biden dans un discours.

L’affaire :

  • Une fuite avait révélé que les États-Unis avaient posé comme condition aux livraisons de chars que l’Allemagne fournisse un petit nombre de chars Leopard 2 et fournisse également des chars supplémentaires aux alliés en Europe. L’Amérique honore maintenant cet accord. Le feu vert du chancelier allemand Olaf Scholz a été suivi par celui de Biden.
  • Cela met fin aux désaccords diplomatiques entre les États-Unis et l’Allemagne. Les plis auraient été aplanis après une conversation téléphonique entre Biden et Scholz, le 17 janvier.
  • M. Biden a indiqué que d’autres consultations avec les alliés européens de l’OTAN avaient également eu lieu ce matin, notamment avec M. Scholz, le président français Macron et le Premier ministre italien Giorgia Meloni. La Russie ne se jouera pas des États-Unis et de l’Europe, tel était son message.

Zoom arrière :

  • Les décisions des États-Unis et de l’Allemagne s’inscrivent dans une tendance plus large des pays alliés à fournir à l’Ukraine des armes plus puissantes pour contrer la Russie.
  • On craint que la Russie ne prépare une offensive dans l’un des prochains mois. Le Kremlin voit les choses autrement, qualifiant les livraisons de chars de « provocations de l’Occident qui portent la guerre à un nouveau niveau ».
  • M. Biden a souligné que cela ne devait pas être interprété comme une offensive contre la Russie, mais comme une mesure défensive.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20