Entretien avec Bas Leinders, expert en F1 : ‘La Formule 1 entièrement électrique ? Ce n’est pas pour tout de suite’

L’industrie automobile est en pleine mutation et fait un saut radical vers les voitures entièrement électriques. Quel impact cela aura-t-il sur la Formule 1 ? En ce début de la nouvelle saison, ce week-end à Bahreïn, nous avons posé la question à l’expert Bas Leinders, ancien pilote d’essai de F1 et aujourd’hui managers de pilotes et d’équipes de course.

La F1 est basée sur le moteur à combustion classique depuis les années 50, avec des variantes hybrides ces dernières années. La tendance à l’électrification sera-t-elle bientôt perceptible en Formule 1 ?

Bas Leinders: ‘Ce n’est pas seulement la F1, mais tout ce qui concerne les voitures – des voitures ordinaires au sport automobile et toutes ses catégories – qui a été basé sur le moteur à combustion interne pendant des décennies. Tout cela est maintenant en pleine transition, ce qui a conduit, par exemple, à la classe électrique Formule E. La Formule 1 a déjà une expérience de l’électrification. Depuis une dizaine d’années, les voitures de F1 sont équipées d’une batterie, mais aussi de systèmes intégrés comme le KERS, qui récupère l’énergie cinétique du freinage sous forme d’énergie électrique. Cette évolution va sans doute se poursuivre.’

D’après la FIA elle-même, les biocarburants de nouvelle génération – fabriqués à partir d’algues ou de biodéchets, par exemple – et les carburants synthétiques sont l’avenir.

‘Nous ne devons pas nous concentrer sur une seule source d’énergie. Limiter notre vision à l’électricité et aux batteries n’est pas une bonne chose, car même pour cette technologie, de nombreux composants sont nécessaires et des matières premières rares doivent être extraites, ce qui entraîne à son tour une pollution. Et le recyclage des batteries ne va pas non plus de soi. De nouveaux types de carburants respectueux de l’environnement pourraient donc constituer une alternative durable’

Une fusion entre la Formule 1 et la Formule E est peu probable, pour beaucoup d’observateurs, car la différence en termes de puissance pure est encore très importante.

‘Certains disent que la F1 va disparaître et que la Formule E deviendra la nouvelle classe reine. Je ne le crois pas. Je pense plutôt que la Formule E va disparaître à terme, ou évoluer vers une sorte de seconde classe. Peut-être qu’il y aura un jour où les deux catégories seront proches l’une de l’autre. Mais cela pourrait prendre des années. Il suffit de regarder les vitesses et les temps au tour. Les différences sont, en effet, encore grandes. Je ne vois pas de fusion entre les deux catégories, car l’exploitation commerciale est entre les mains de différentes sociétés, Formula One Group (Liberty Media) étant en charge de la F1’

La F1 est-elle encore un laboratoire technologique pour la voiture ordinaire ?

‘Ce sera toujours le cas, même si l’impact peut être plus important à une époque qu’à une autre. Lorsque j’étais encore en Formule 1 il y a vingt ans, nous conduisions des moteurs V10 de 3 litres. Cela a évolué vers un V6 turbo de 1,6 litre. Les moteurs sont donc devenus plus petits et plus efficaces. Bien entendu, cette technologie est également intéressante pour les voitures ordinaires. Si vous pouvez générer plus de puissance avec une plus petite capacité, les voitures sont plus économes en carburant. Mais cela ne se limite pas au moteur. En termes de suspension, d’amortisseurs et de récupération de la chaleur et de l’énergie de freinage, la technologie de la F1 se retrouve également dans les voitures ordinaires quelques années plus tard.’

De nombreux grands constructeurs automobiles, dont Toyota et BMW, ont quitté la F1. Reviendront-ils un jour ?

Une présence en F1 est un outil marketing, mais un outil dans lequel vous devez investir beaucoup d’argent. Parce que vous n’obtenez le meilleur marketing que si vous gagnez. Certaines marques de voitures ne pensent pas que cela en vaut la peine. C’est aussi une question de tradition. BMW a une histoire en DTM, qui, soit dit en passant, travaille également sur une variante électrique, et Toyota en Endurance. D’autres constructeurs ont une tradition en F1: Ferrari bien sûr, mais aussi Renault, qui fait aujourd’hui son retour sous le nom d’Alpine (avec Fernando Alonso).’

Autre élément important: il y a un débat depuis quelques années sur l’énorme empreinte carbone de la F1 et surtout de son énorme logistique. Cette année, pas moins de 23 week-ends de course ont été programmés, dans divers endroits du monde. LA FIA a annoncé que la F1 serait climatiquement neutre d’ici à 2030.

‘Je pense que les mesures prises pour compenser l’empreinte carbone sont très positives. Neuf ans, ce n’est pas si long. Une remarque que je voudrais faire dans ce débat: on ne peut pas considérer le sport automobile uniquement comme une activité de loisirs, mais comme un secteur économique qui génère des milliards d’euros et crée des emplois. De plus, les développements technologiques de la F1 ont indirectement conduit à des voitures ordinaires moins polluantes. Il s’agit de trouver le bon équilibre.’

Bahreïn est le théâtre de la première course de F1 de la saison. (Isopix)

Liberty Media est à la tête de la F1 depuis environ quatre ans maintenant. Les Américains voulaient rendre la compétition plus passionnante, avec des divertissements pour les familles pendant les week-ends de course, une plus grande attention portée aux réseaux sociaux et au gaming, ainsi que de nouvelles formules de course. Jusqu’à présent, que pensez-vous de cette évolution ?

‘Rendre la F1 plus interactive est plus facile à dire qu’à faire. Combien de fans sont réellement prêts à payer pour obtenir des images de la caméra embarquée de Fernando Alonso ? Probablement peu, voire très peu. Peut-être serait-il préférable d’offrir de telles choses gratuitement.’

‘Heureusement, ces nouvelles formules de course n’ont pas donné grand-chose. Je pense que c’est une mauvaise idée. Ce qui me semble plus important, c’est de rendre les courses elles-mêmes plus attrayantes. Par exemple, en faisant en sorte que les règlements techniques offrent plus de possibilités de dépassement pendant la course. Ou en faisant en sorte que plusieurs équipes puissent se concurrencer. Au cours des sept dernières années, avec la domination de Mercedes, ce n’était pas vraiment le cas. Depuis cette année, les budgets des équipes sont plafonnés. Espérons que cela conduira à des voitures plus équilibrées.’

Une dernière question sportive. Beaucoup sont curieux du retour de Fernando Alonso en F1. Vous, qu’est-ce que vous attendez le plus ?

‘J’espère que Red Bull sera compétitif avec Mercedes dès le début de saison et que nous aurons donc un beau duel entre Verstappen et Hamilton.’

Sur le même sujet:

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20