En images: un mystérieux dessin de 100.000 m² découvert en Inde, le plus grand jamais identifié sur Terre

Deux chercheurs français, un père et son fils, indiquent avoir découvert ce qui pourrait bien être le plus grand dessin jamais réalisé sur Terre. Une trouvaille dénichée grâce à… Google Earth.

Dans un article publié dans la revue scientifique Archeological Research in Asia, Carlo et Yohann Oetheimer estiment avoir découvert le plus grand dessin jamais réalisé sur notre planète.

Après avoir effectué des repérages dans le désert du Thar (au nord-ouest de l’Inde) via Google Earth, les chercheurs français se sont rendus sur place. Ils ont survolé avec un drone la région entourant la ville fortifiée de Jaisalmer. Et c’est à proximité du village de Boha qu’ils ont fait leurs découvertes.

Grâce à leur drone, ils ont pu observer que des grandes lignes tracées dans le sol formaient, vues du haut, de gigantesques dessins. Ce type d’œuvre s’appelle des géoglyphes.

Des proportions démentielles

Au total, en surfant sur Google Earth, le père et son fils estimaient avoir un peu surestimé les sites contenant potentiellement des géoglyphes. Après leurs vérifications sur place, ils se sont rendus compte que trois d’entre eux étaient en réalité des sillons creusés pour des plantations d’arbres. Des projets qui n’avaient pas été menés jusqu’à leur terme, mais qui n’étaient donc pas des dessins délibérément créés.

Finalement, les Oetheimer ont pu confirmer qu’il y avait bel et bien au moins quatre géoglyphes à proximité de Boha. Créées en grattant le sable et le limon dans le désert, ces lignes ne font pas plus de 10 cm de profondeur et 50 cm de largeur. A priori, rien d’impressionnant. Par contre, en prenant du recul, on s’aperçoit qu’elles forment d’immenses motifs.

Deux d’entre eux, nommés Boha 1 et Boha 2, sont particulièrement impressionnants. Le premier s’étend sur plus de 99.000 m², le second sur près de 88.000 m². L’un constitue une spirale géante, l’autre un dessin atypique en forme de serpent. Les deux figures sont reliées par un faisceau de lignes sinueuses, précisent les chercheurs.

‘Après des recherches approfondies, nous considérons que les géoglyphes de Boha sont les plus grandes figures géométriques abstraites et organiquement disposées créées par l’homme découvertes à ce jour’, écrivent les Oetheimer.

En effet, jamais d’aussi imposants géoglyphes n’avaient été découverts à ce jour. Les plus célèbres, dénommés ‘Lignes de Nazca’ (Pérou), se répartissent sur une surface plus grande, mais aucun motif n’atteint de telles proportions. A titre d’exemple, la ligne la plus longue de la création péruvienne mesure 4,4 km, alors que la plus grande découverte en Inde approche les 12 km.

Qui les a créées, et pourquoi ?

Ces immenses géoglyphes identifiés, il convient maintenant de savoir qui les a créés, quand et dans quel but. Pour l’instant, les chercheurs n’ont aucune certitude. Toutefois, ils estiment que ces œuvres ne sont pas très anciennes.

‘Une hypothèse prudente […] suggère qu’ils pourraient avoir au moins 150 ans. Il est toutefois concevable qu’ils aient été construits au début de la période coloniale britannique, au milieu du XIXe siècle’, avancent le père et le fils français.

Les origines de ces dessins étant toujours méconnues, en déduire leur signification est encore plus difficile. Les chercheurs imaginent toutefois que, étant donné que la région est plate, leurs créateurs n’auraient pas été en mesure de les contempler. Par conséquent, les Oetheimer estiment qu’il est peu probable que ces dessins aient été conçus comme une forme d’expression artistique contemplée depuis le sol. Ils pourraient plutôt avoir servi à un type inconnu de pratiques culturelles lors de leur création.

‘Cela nous invite à envisager des significations religieuses, astronomiques et/ou cosmologiques’, indiquent les chercheurs. ‘En raison de leur caractère unique, nous pouvons spéculer qu’ils pourraient représenter une commémoration d’un événement céleste exceptionnel observé localement.’

Le père et le fils espèrent que leurs découvertes mèneront les autorités locales à préserver le site afin que les géoglyphes ne disparaissent pas. Ils invitent également d’autres chercheurs à se saisir de cet objet d’étude afin de faire la lumière sur l’origine de ces gigantesques créations humaines.

En images, les découvertes des chercheurs :

La localisation des différents géoglyphes trouvés par les Oetheimer à proximité du village de Boha. (Carlo & Yohann Oetheimer, Archaeological Research in Asia, 2021)
Les géoglyphes vus du sol. (Carlo & Yohann Oetheimer, Archaeological Research in Asia, 2021)
Boha 1 et Boha 2, les deux principaux géoglyphes identifiés et schématisés par les chercheurs. (Carlo & Yohann Oetheimer, Archaeological Research in Asia, 2021)
Les géoglyphes vus du ciel. (Carlo & Yohann Oetheimer, Archaeological Research in Asia, 2021)

Plus
Lire plus...
Marchés