En Espagne, les experts brandissent la menace d’un nouveau confinement

Isopix

Les statistiques sur l’épidémie de Covid-19 ne sont pas bonnes en Espagne. Les experts du domaine médical préviennent qu’un second confinement sera peut-être inévitable. Les autorités et les entreprises s’y opposent.

L’épidémie de covid-19 a repris de plus belle en Espagne. Le pays annonce certain jour plus de 5.000 nouveaux cas. Le taux d’incidence pour ces 14 derniers jours est de 166 cas pour 100.000 habitants. En comparaison, en Belgique, ce taux est de 62.

(Worldometers)

À Madrid, le secteur des soins de santé primaire serait ‘au bord de l’effondrement’ selon les syndicats de médecins. Ils manquent de personnel et de tests. Certains experts ont commencé à avertir la population qu’un nouveau confinement – même partiel – devra être mis en place si la situation ne s’améliore pas.

Pour le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, un reconfinement national n’est pas encore envisagé. Par contre, il laisse les autorités régionales prendre les mesures qui s’imposent pour limiter la propagation du virus. Les régions peuvent demander que l’État d’urgence soit proclamé sur leur territoire pour être autorisé à limiter la liberté des habitants.

Selon Sanchez, cette seconde vague ne ressemble pas à la première. Bien que la croissance actuelle soit régulière, il y a peu de chance que le pays atteigne les niveaux de mars. En outre, les autorités sont mieux préparées et ont une meilleure compréhension du virus, explique-t-il.

Tout comme en Belgique, il est difficile de comparer les chiffres espagnols de mars/avril avec ceux de cet été. Beaucoup plus de personnes sont testées. Aujourd’hui, ce sont principalement des personnes de moins de 65 ans qui sont déclarées positives au coronavirus. Il y a donc moins de risques qu’elles fassent des complications, moins d’hospitalisation, et donc moins de décès causés par le Covid-19.

Un reconfinement ? Non merci !

Les entreprises espagnoles refusent d’entendre parler d’un second confinement. Le premier avait mis totalement l’économie à l’arrêt. L’Espagne connait aujourd’hui l’une des pires récessions de son histoire récente. ‘Un nouveau confinement qui paralyserait l’activité commerciale aurait des conséquences catastrophiques et irréversibles’, avertit la principale association des défenses des entreprises du pays, CEOE.

Les psychologues s’opposent aussi au reconfinement. Le pays avait imposé des règles très strictes. La population n’avait pas le droit de sortir de chez elle pour prendre l’air, marcher un peu ou faire de l’exercice. Chez les enfants, le confinement a provoqué des changements de comportement, de l’irritabilité, des difficultés à se concentrer, etc. Les troubles anxieux et dépressifs ont grimpé. Les gens ne sont pas encore prêts à reconfiner. Bloquer à nouveau tout le pays risquerait d’aggraver encore plus les troubles psychologiques détectés dans la population.