Elon Musk ne voit pas le potentiel de l’hydrogène : « La chose la plus stupide que je puisse imaginer comme système de stockage d’énergie »

Elon Musk, PDG de Tesla, ne voit pas le potentiel de l’hydrogène pour la transition énergétique. De plus, dans une interview accordée au journal économique Financial Times (FT) lors de la conférence « Future of the Car », mardi, il s’est efforcé de démolir complètement la réputation de ce vecteur d’énergie.

Pourquoi est-ce important ?

L'hydrogène est décrit par l'Agence internationale de l'énergie (AIE) comme un "vecteur énergétique polyvalent". En 2019, l'AIE a déclaré que l'hydrogène était "l'une des principales options pour stocker l'énergie provenant de sources renouvelables (…)."

L’hydrogène est en plein essor depuis quelques années. Selon certains chefs d’entreprise et scientifiques, Il pourrait constituer la solution pour orienter sans trop de difficultés nos modes de vie vers une ère sans émissions de carbone. C’est pourquoi on a demandé à Elon Musk, le magnat de la voiture électrique, s’il pensait également que l’hydrogène avait un rôle à jouer dans la transition d’un système énergétique basé sur les combustibles fossiles vers un nouveau système basé sur les énergies neutres en CO2.

« Je n’insisterai jamais assez sur le nombre de fois où l’on m’a posé des questions sur l’hydrogène, (…) plus de 100 fois, peut-être 200 fois », a-t-il déclaré. « Il est important de comprendre que si vous voulez un moyen de stocker de l’énergie, l’hydrogène est un mauvais choix. »

Poursuivant son argumentation, Musk a également déclaré qu’il faudrait des « réservoirs gigantesques » pour stocker l’hydrogène sous forme liquide. Sous forme gazeuse, des réservoirs « encore plus grands » seraient nécessaires, a suggéré le flamboyant milliardaire de la technologie.

Vert ou pas vert ?

Il existe différentes manières de produire cette source d’énergie, et chacune s’est vue attribuée un code couleur.

La « star » du moment est l’hydrogène « vert ». Cette méthode fait appel à l’électrolyse, avec un courant électrique qui divise les molécules d’eau en oxygène et en hydrogène. Lorsque l’électricité utilisée dans ce processus provient d’une source renouvelable comme l’énergie éolienne ou solaire, on peut parler d’hydrogène vert. Mais la production d’hydrogène vert consomme de l’électricité et est donc extrêmement coûteuse.

Les projets d’hydrogène par électrolyse ont néanmoins suscité l’intérêt des grandes entreprises ces dernières années. Pourtant, Musk n’en est pas du tout fan. « L’efficacité de l’électrolyse est (…) faible », a-t-il laissé entendre lors du sommet de l’automobile. « Il faut donc vraiment beaucoup d’énergie pour (…) scinder l’hydrogène et l’oxygène. Il faut ensuite trier l’hydrogène de l’oxygène et les mettre sous pression, ce qui demande également beaucoup d’énergie. »

« Et si vous devez ensuite aussi liquéfier (…) l’hydrogène, oh mon Dieu », a-t-il poursuivi. « La quantité d’énergie nécessaire pour fabriquer (…) l’hydrogène et le transformer en liquide est stupéfiante. C’est la chose la plus stupide que je puisse imaginer comme modèle énergétique », a-t-il encore avancé devant CNBC.

Ou bleu ?

Il existe également de l’hydrogène « bleu ». La méthode utilisée pour produire ce gaz consiste à diviser le gaz naturel en hydrogène et en dioxyde de carbone (CO2), puis à capturer et à stocker le CO2 pour l’empêcher de réchauffer la planète. Jusqu’à présent, elle était considérée comme une solution de rechange à faible émission de carbone (mais pas non carbonée). Tout le CO2 libéré lors de sa production ne peut être convenablement capté.

Par ailleurs, les auteurs d’une étude publiée l’année dernière ont prévenu que la production d’hydrogène bleu libère accidentellement du méthane, un puissant gaz à effet de serre, et qu’une énorme quantité d’énergie est nécessaire pour séparer et stocker le dioxyde de carbone, dont une certaine quantité finira quand même par s’échapper.

La grande majorité de la production d’hydrogène est actuellement « grise » : elle est basée sur le gaz naturel ou d’autres hydrocarbures. « Si vous craquez pour les hydrocarbures, vous n’avez vraiment pas résolu le problème des combustibles fossiles », a déclaré Musk.

Musk persiste et signe

Musk n’est pas un novice lorsqu’il s’agit de critiquer l’hydrogène et les piles à combustible.

Il y a quelques années, lorsque le sujet a été abordé lors d’une discussion au congrès mondial d’Automotive News, le milliardaire de la technologie a qualifié les piles à hydrogène d' »extrêmement stupides ».

En juin 2020, il a tweeté : « Piles à combustible = vendre à des fous », ajoutant en juillet de la même année : « Les investissements insensés sur l’hydrogène n’ont aucun sens. » À en juger par ses commentaires de cette semaine, il n’a pas changé de position.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20