Efficacité de son vaccin mise en doute, livraisons en baisse… La pression monte pour AstraZeneca

Astrazeneca coronavaccin
Shutterstock

La presse allemande rapportait lundi soir que le gouvernement allemand nourrissait des doutes quant à l’efficacité du vaccin AstraZeneca/Oxford chez les personnes âgées de plus de 65 ans. Des doutes que la firme pharmaceutique a tenté de balayer, mais qui s’ajoutent néanmoins à relations déjà tendues avec l’UE concernant ses livraisons pour le premier trimestre.

Sur base de sources gouvernementales, le quotidien économique Handelsblatt a affirmé lundi soir que les autorités allemandes tablait sur une efficacité de seulement 8% du vaccin contre le Covid-19 développé par AstraZeneca et l’université d’Oxford chez les plus de 65 ans.

De son côté, le Bild Zeitung écrivait même que le gouvernement allemand s’attendait à ce que le vaccin ne soit pas homologué par l’Union européenne pour ce groupe d’âge, avec à la clé de fortes perturbations en perspective pour les campagnes de vaccination de nombreux pays. Une décision de l’UE sur le sujet est attendue pour vendredi. Pour rappel, le vaccin a déjà été autorisé au Royaume-Uni où il est largement utilisé.

‘Complètement faux’

AstraZeneca n’a pas tardé à réagir à ces affirmations, les démentant avec force. ‘Les articles selon lesquels l’efficacité du vaccin AstraZeneca/Oxford ne serait que de 8% chez les adultes de plus de 65 ans sont complètement faux’, a assuré un porte-parole.

La firme pharmaceutique britannique a ajouté avoir publié dès novembre dans la revue The Lancet les données ‘démontrant que les personnes âgées ont montré de fortes réponses immunitaires au vaccin, 100% d’entre elles ayant généré des anticorps spécifiques après la deuxième dose’.

AstraZeneca sur la sellette

Toujours est-il que cette polémique est venue clôturer une journée de lundi déjà bien chargée pour AstraZeneca.

Le week-end dernier, on apprenait que la société pharmaceutique, confrontée à des problèmes de production, avait signalé à la Commission européenne devoir réduire de 60% ses livraisons de vaccins vers l’UE durant le premier trimestre. ‘Les représentants d’AstraZeneca ont annoncé des retards dans la livraison des vaccins par rapport aux prévisions pour le premier trimestre de cette année’, avait notamment tweeté la commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides.

Lundi, après un après-midi de discussions avec AstraZeneca, Stella Kyriakides a déclaré que le nouveau calendrier de livraison n’était ‘pas acceptable’. ‘Nous avons préfinancé le développement et la production et nous voulons voir un retour’, a-t-elle ajouté.

‘Quelles doses ont été produites, où, et livrées à qui?’

La crainte des autorités européennes est que des doses aient pu être vendues à des États hors UE plus offrants.

‘L’UE veut savoir exactement quelles doses ont été produites, où, si elles ont été livrées et à qui.’ Au moment d’écrire ces lignes, AstraZeneca n’avait toujours pas donné satisfaction à la commissaire européenne à la Santé.

Et Stella Kyriakides d’ajouter que, de manière générale, ‘l’UE a soutenu le développement et la production rapides de différents vaccins pour un total de 2,7 milliards d’euros. Nous voulons de la clarté sur les transactions et une totale transparence en ce qui concerne les exportations de vaccins hors de l’UE.’

Lire aussi: