« L’économie mondiale va entrer dans une décennie de croissance très, très lente »

Prévision sombre d’un économiste pour l’économie mondiale : une croissance très lente. Le tout couplé à de l’inflation, ce qui en fait une décennie de stagflation, un marasme économique redouté.

Pourquoi est-ce important ?

L'économie tourne au ralenti, après un boom post-pandémique. Mais jusqu'où va-t-elle ralentir, et durant combien de temps ? De plus en plus d'experts voient la période creuse s'étendre sur le moyen ou long terme.

L’essentiel : l’économie mondiale partie pour une décennie de croissance lente voire de stagflation ?

  • C’est ce que prévoit Daniel Lacalle, économiste en chef auprès de Tressis Gestion, sur les ondes de CNBC.

« Je pense que nous allons probablement entrer dans une décennie de croissance très, très faible dans laquelle les économies développées vont se trouver chanceuses avec une croissance de 1% par an, si elles sont capables de l’atteindre, et ce qui est plus malheureux que tout le reste, c’est que ce sera avec des niveaux élevés d’inflation. »

David Lacalle
  • Croissance lente + inflation = stagflation. Un marasme économique pénible sur le long terme, car d’un côté des mesures de relance peuvent garder l’inflation élevée, de l’autre côté des mesures pour réduire l’inflation vont mettre à mal la croissance.
  • Note positive tout de même : cette décennie devrait passer sans crise. « Je pense que les marchés commencent à intégrer un environnement dans lequel la situation globale n’est pas un niveau de croissance et de développement économique dynamiques, mais un environnement qui évite une crise financière, et si cela se produit, c’est certainement positif ».
    • Certains observateurs craignent en effet qu’une crise financière nous pende au nez.
  • Lacalle n’est d’ailleurs pas le seul à s’attendre à des turbulences prolongées. Le constat d’une « décennie perdue » a récemment été dressé pour le Royaume-Uni. Pour l’Europe, les analystes d’Allianz Trade s’attendent à une contraction de l’économie pendant les deux années à venir.
    • De son côté, le Fonds Monétaire international (FMI), dans ses dernières prévisions, s’attend à une croissance de 3,2% en 2022 et 2,7% en 2023, pour l’économie mondiale. On est très loin des 6% de 2021. Pour 2024, le FMI s’attend à une inflation mondiale toujours élevée, à 4,1%, après 6,5% en 2023.

Le détail : le réveil de la Chine, un boost pour l’économie mondiale. Mais pas assez pour renverser la tendance du ralentissement.

  • La Chine laisse de plus en plus tomber sa politique sanitaire draconienne. Pour Lacalle, cela sera l’élément le plus positif pour 2023. Ce sera surtout un coup de pouce pour les exportateurs allemands et français, ajoute-t-il.
  • Mais à mesure que la Chine déconfine, les infections explosent, mettant à mal le système sanitaire. Le nombre de malades augmente, ce qui à court terme freine l’économie chinoise.
  • La Chine joue une politique dangereuse, car à partir du 8 janvier, les règles pour les voyages internationaux seront également assouplies. En d’autres mots, la Chine, après 3 années de politique très stricte, relâche toutes les vannes en même temps, avec le risque que cela comporte en termes de propagation. Comme un air de janvier 2020.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20