Devenu millionnaire grâce au Bitcoin, il fait don de la moitié de sa fortune pour… faire interdire la crypto

(Nik Oiko – Isopix)

Moritz Schmidt, un développeur allemand de 39 ans devenu millionnaire grâce au bitcoin, a récemment fait don d’un million d’euros au parti écologiste Bündnis 90 / Die Grünen. Il espère que cet argent aidera les Verts à accéder au pouvoir… et qu’ils feront ensuite interdire la cryptomonnaie qui a pourtant fait sa fortune.

En vendant au fur et à mesure ses bitcoins achetés en 2011, Moritz Schmidt est parvenu à engranger environ deux millions d’euros grâce à son investissement de base de 2.000 euros. Mais cela ne l’empêche pas de désormais souhaiter l’interdiction de la star des cryptomonnaies.

‘Monstre énergétique’

Le désamour de Moritz Schmidt envers le bitcoin s’est installé à partir de 2017, lorsqu’il a découvert que la crypto consommait des quantités énormes d’électricité.

‘Être un monstre énergétique est inscrit dans le mode de fonctionnement du bitcoin’, explique-t-il à l’agence Associated Press. ‘J’ai énormément profité de la bulle du bitcoin (…) J’ai en quelque sorte attendu la bonne occasion pour faire don d’une somme plus importante.’

S’il a choisi de faire don de cet argent à un parti politique plutôt qu’à une association écologiste, c’est parce que ‘donner à un parti politique pour qui les valeurs environnementales sont centrales aura un effet bien plus puissant’, estime-il.

Bitcoins ‘traçables’

Le Bündnis 90 / Die Grünen exaucera-t-il le souhait de Moritz Schmidt de voir le bitcoin interdit en Allemagne? Rien n’est moins sûr à ce stade puisque le parti n’ambitionne pour l’instant, selon son programme électoral, que de rendre les bitcoins ‘traçables’, ce qui pourrait toutefois rendre la crypto moins attrayante.

Pourtant, Moritz Schmidt ‘ne pense pas que les régulations vont faire quoi que ce soit, à part si elles crashent assez les prix pour que les bitcoins deviennent inintéressants et non-utilisables’.

‘Je pense plutôt que les bitcoins devraient être interdits’, conclut-il.

Pour aller plus loin: