Deux fois plus d’éclairs en 2021 dans la région polaire qu’au cours des neuf dernières années réunies: des scientifiques s’inquiètent

La région la plus septentrionale de la planète, où les éclairs étaient autrefois rares, a connu l’an dernier 7.278 impacts de foudre, soit près du double des neuf années précédentes combinées. Cette augmentation dramatique de la foudre pourrait être l’une des manifestations les plus spectaculaires de la crise climatique.

L’air arctique ne possède généralement pas la chaleur convective nécessaire pour créer des éclairs, d’où l’importance des dernières découvertes. Ces chiffres, publiés dans le rapport annuel sur la foudre de la société finlandaise Vaisala, inquiètent les scientifiques. Au cours des dix dernières années, le nombre total d’éclairs au nord du cercle polaire arctique a été relativement constant. Mais aux latitudes les plus élevées de la planète – au-delà de 80° – l’augmentation a été spectaculaire. Avec des augmentations de température dans l’Arctique trois fois supérieures à la moyenne mondiale, le suivi de la foudre dans la région est devenu un indicateur clé de la crise climatique.

Pourquoi plus d’éclairs dans le Grand Nord ?

La disparition de la glace de mer signifie que davantage d’eau peut s’évaporer, apportant plus d’humidité dans l’atmosphère. Les températures élevées et l’instabilité atmosphérique créent des conditions parfaites pour la foudre. Le suivi de l’évolution des tendances de la foudre dans l’Arctique peut donc en dire long sur la façon dont l’atmosphère évolue en réponse au changement climatique. L’évolution des conditions arctiques pourrait entraîner une augmentation des vagues de froid extrême, des vagues de chaleur ou des changements extrêmes dans les précipitations en Europe.

Le risque d’être frappé par la foudre dans l’Arctique reste faible, mais la probabilité accrue d’éclairs pourrait constituer une menace pour les communautés qui n’ont pas connu d’éclairs fréquents par le passé. Les habitants de la toundra plate ou de l’océan sont vulnérables aux coups de foudre, et la foudre expose les infrastructures électriques et autres à des dommages.

Dans le monde entier, la foudre est déjà 12% plus fréquente qu’il y a 100 ans

Les États-Unis, avec 194 millions de foudroiements, ont enregistré le deuxième plus grand nombre de coups de foudre en 2021, après le Brésil. Cela représente 24 millions de plus que ceux observés en 2020. Tout cela est conforme aux prévisions selon lesquelles la fréquence des coups de foudre augmente de 12% pour chaque degré Celsius d’augmentation de la température.

Cela augmente le risque d’incendies de forêt provoqués par la foudre. Les incendies de forêt dévastateurs qui ont fait rage en Europe et en Amérique du Nord l’été dernier ont été, au moins en partie, provoqués par la foudre. En général, moins de 15% des incendies de forêt d’une année donnée sont provoqués par la foudre, mais les incendies provoqués par la foudre détruisent plus de surface que les incendies d’origine humaine.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20