Comment les smartphones peuvent aider à prédire le risque de mortalité des individus 

Rangé dans une poche ou dans un sac, notre smartphone nous accompagne où que nous allions. Une escorte permanente qui pourrait s’avérer utile pour prédire notre risque de mortalité sur 5 ans, avec une précision de 70%, mais pourrait surtout signifier une avancée majeure en terme d’équité en matière de santé.

Depuis la nuit des temps, l’Homme cherche des moyens de connaître la date de son trépas. S’il s’est tourné vers des voies mystiques pour y parvenir, il a également fait appel à la science pour tenter de répondre à cette grande question. Depuis des décennies, les chercheurs explorent divers moyens pour prédire le décès des individus, en fonction de multiples facteurs. L’intérêt premier de la recherche ici n’est pas de permettre aux personnes de se faire à l’idée de ce chapitre final de leur existence, mais plutôt de trouver les facteurs qui pourraient accélérer le phénomène et d’agir en conséquence.

Selon une nouvelle étude menée par des chercheurs américains, publiée dans la revue PLOS Digital Health, les smartphones pourraient avoir un rôle à jouer dans cette quête de savoir. En effet, ces appareils criblés de capteurs que l’on trimballe en permanence avec nous peuvent fournir des informations qui, couplées à un algorithme spécialement conçu, peuvent aider à prédire le risque de mortalité d’un individu, et ce, avec une importante précision.

Un outil à portée de main

Si plusieurs études ont déjà tenté de prédire le risque de mortalité en étudiant la corrélation entre la vitesse de marche et la santé générale des individus, elles impliquaient que les participants portent 24h/24 et 7j/j des trackers de fitness spéciaux ou réalisent des tests en laboratoire. Des dispositifs de recherche qui n’étaient pas forcément des plus pratiques. C’est pourquoi des chercheurs ont tenté de voir si un appareil du quotidien tel qu’un smartphone ne pouvait pas être utilisé et il semblerait que oui.  

Les chercheurs de l’université de l’Illinois Urbana-Champaign sont en effet arrivés à la conclusion que la batterie de capteurs dont sont équipés les smartphones d’aujourd’hui – et pas forcément les plus haut de gamme – permettait de collecter les mêmes données, à savoir l’intensité de la marche.

Une mesure de la marche durant seulement 6 minutes par jour, couplé à des données démographiques, suffisait pour utiliser un algorithme prédisant le risque de mortalité dans les 5 ans.

Un dépistage à grande échelle

Mais qu’est-ce que cela apporte au final ? Que l’on utilise un tracker d’activité ou un smartphone pour mesurer la vitesse de marche d’un individu, quel intérêt ? Et bien, beaucoup en réalité. Les chercheurs estiment en effet que la possibilité d’utiliser dans ce cadre un smartphone comme outil fiable ouvre une voie à un dépistage à grande échelle.

« Nos résultats montrent que les mesures passives avec des capteurs de mouvement peuvent atteindre une précision similaire aux mesures actives de la vitesse de marche et du rythme de marche », ont déclaré les auteurs. « Nos méthodes évolutives offrent une voie réalisable vers le dépistage national des risques pour la santé. »

Une application mobile intégrant l’algorithme de prédiction de mortalité pourrait ainsi être développée et proposée à la population. Cette dernière n’aurait alors qu’à renseigner ses informations de santé et à s’enregistrer en train de marcher 6 minutes par jour pour calculer son risque de mortalité sur 5 ans.

Une étude de plus grande ampleur est en projet, afin de confirmer l’hypothèse des chercheurs. Ces derniers sont en effet partis du principe que les données récoltées via les trackers étaient les mêmes que celles pouvant être recueillies par les téléphones et ont testé cette théorie en laboratoire, mais encore faut-il la vérifier en conditions réelles.

Si cela se confirme, cela pourrait marquer une avancée importante en termes d’équité en matière de santé, soulignent les chercheurs, « étant donné que les populations les plus à risque en matière de santé sont souvent les moins dotées ». Or, ici, même les smartphones les plus bon marché pourraient être utilisés dans ce but.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20