Comment la Norvège a contré le Covid-19 en déversant de la neige artificielle dans les parcs d’Oslo

Les parcs d’Oslo ont été recouverts de neige artificielle, une mesure de lutte contre le Covid-19 – Erik Johansen / NTB scanpix via AP)

Depuis quelques semaines, la neige a fait son apparition à Oslo. En soi, cela n’est guère surprenant. Si on vous dit qu’elle n’est pas tombée du ciel mais qu’elle a été déversée par des camions, cela devient un peu plus intrigant. Quand on sait qu’il s’agit en fait d’une technique pour éviter à l’épidémie de Covid-19 de s’intensifier, on a soudainement envie d’en savoir beaucoup plus.

Avec 593 décès liés au Covid-19 depuis le début de la pandémie, la Norvège semble très bien résister à la crise sanitaire. Rapporté à son nombre d’habitants, cela lui donne un taux de 109 morts par million d’habitants. Soit le deuxième meilleur chiffre d’Europe, derrière l’Islande.

Malgré ces statistiques encourageantes, la Norvège ne veut pas se reposer sur ses lauriers. Elle met tout en œuvre pour éviter une nouvelle vague épidémique. Une résurgence du virus aurait pu provenir du fait que très peu de neige tombe sur Oslo cet hiver. Mais les autorités veillent au grain.

Eloigner les habitants des pôles touristiques

Ce n’est un secret pour personne: les Norvégiens adorent le ski. Lorsque les premières neiges sont tombés sur Oslo et sa région, début janvier, les habitants de la capitale se sont dirigés vers la Marka. Il s’agit d’une région de collines boisées, située non loin de la ville, propice à chausser ses skis.

Un phénomène qu’on a bien connu en Belgique est alors apparu. On pourrait le qualifier d’ ‘Ardennes bis’: des milliers de personnes se sont ruées vers la Marka pour goûter aux plaisirs de l’hiver. Routes embouteillées, transports en commun bondés et sentiers saturés de promeneurs: un cocktail explosif en période de crise sanitaire.

Sentant le sapin, les autorités d’Oslo ont pris le problème à bras-le-corps. Plutôt que d’interdire l’accès à la Marka – comme ce fut le cas pour les Ardennes chez nous – elles ont décidé ‘d’apporter un peu Marka aux habitants de la capitale’, comme l’illustre le conseiller municipal Omar Samy Gamal, interrogé par l’AFP.

Concrètement, des camions se sont activés pour déverser de la neige artificielle dans les différents parcs publics d’Oslo. Les transformant en quelques semaines en un petit paradis des amoureux de poudreuse. Additionnée à des conseils de prévention pour éviter les attroupement dans la Marka, cette mesure a fonctionné. Les habitants de la capitale restent désormais dans leur ville, se dispersant dans les multiples zones enneigées à leur disposition.

‘Nous ne voulons pas que les gens soient entassés les uns sur les autres. Nous voulons qu’ils gardent leurs distances les uns par rapport aux autres, et la meilleure façon de s’en assurer est d’utiliser les espaces publics locaux’, résume Gamal.

Hivers de plus en plus courts

Si l’on a tendance à associer la Norvège à des hivers vigoureux, le pays subit de plein fouet les effets du réchauffement climatique. Selon l’Institut météorologique norvégien, Oslo a perdu 21 jours d’hiver au cours des 30 dernières années, définis comme les jours où la température descend en dessous de 0 degré Celsius. Une tendance qui, selon les prévisions, est amenée à se poursuivre voire à s’intensifier dans le futur.

Des températures plus elevées et moins de neige: des conditions qui ont mené la Norvège à ouvrir son premier centre de ski indoor début 2020. Il est pour l’instant fermé en raison des mesures sanitaires.

En remplaçant sa neige naturelle par de l’artificielle, la Norvège ne se tire-t-elle pas une balle dans le pied, contribuant elle-même à dénaturer son environnement ? Les autorités ne le pensent pas. Les camions déversant la poudreuse sur Oslo fonctionnent au biodiesel et sont neutres en carbone. Cerise sur le gâteau: les habitants ne doivent plus utiliser leur voiture personnelle pour profiter de la neige, vu qu’ils se rendent dans les parcs de la ville à pied.