Comment la diffusion sportive en direct 24h/24 et 7j/7 dominera le monde de la télévision dans un avenir proche

Avez-vous remarqué qu’il y a de plus en plus de sports à la télévision ? Les diffuseurs commerciaux tels que VTM et RTL, mais aussi Telenet et Proximus, se concentrent désormais sur tous les sports. Il y a une très bonne raison à cela : les revenus de la publicité et des abonnements. Le sport est devenu plus ou moins la seule certitude pour les services de streaming d’acquérir des abonnés et pour les chaînes de télévision classiques d’offrir une couverture aux annonceurs.

Il n’y a pas de sport aujourd’hui qui ne soit pas digne de la télévision. Alors que dans le passé, le sport à la télévision n’était évoqué que lorsqu’il s’agissait de très grands événements – il suffit de penser aux grands chelems en tennis ou à la Coupe du monde de football – aujourd’hui, il y a abondance. Si des fléchettes ou un snooker sont joués quelque part, vous le verrez. En plus de cela, il y a des podcasts, des après-matchs, des avant-premières, des interviews, etc.

« Du pain et des jeux »

Les chiffres d’audience des événements sportifs sont donc énormes. Si l’on analyse les chiffres d’audience mondiale, les événements les plus regardés restent les Jeux olympiques et la Coupe du monde de football. Au total, 3,6 milliards de personnes ont regardé les Jeux d’été de Londres à une ou plusieurs reprises. La dernière Coupe du monde de football en Russie a atteint des chiffres similaires.

La situation n’est pas différente en Belgique. Alors qu’auparavant, la VRT, en tant que radiodiffuseur public, gérait le sport comme un monopole, VTM et RTL Play ont réalisé qu’il s’agissait en fait d’une erreur stratégique à l’époque et ont changé leur fusil d’épaule. Ils offrent désormais une couverture de toutes les compétitions dans tous les sports et toutes les disciplines.

Il est donc parfaitement possible qu’un soir, vous regardiez le tour préliminaire d’un match de la Conference League, ce qui était impensable il y a dix ans, jusqu’au premier tour d’un championnat de fléchettes. Les diffusions avant et après le tournoi augmentent encore ces temps de diffusion.

Avec l’essor du sport féminin, une couche supplémentaire s’ajoute. Vous pouvez certainement vous attendre à voir plus de courses féminines et le football féminin bénéficiera également d’une plus grande couverture.

Le football, véritable star en Wallonie

Vous trouverez ci-dessous le top 10 des programmes les plus regardés en 2021 en Wallonie. Neuf de ces dix programmes sont des programmes sportifs.

  1. Championnat d’Europe de football Belgique-Portugal (huitième de finale) – La Une – 27/06/2021 – 1.541.700
  2. Championnat d’Europe de football Belgique-Italie (quarts de finale) – La Une – 02/07/2021 – 1.473.300
  3. Championnat d’Europe de football Finlande-Belgique (phase de groupe) – La Une – 21/06/2021 – 1.461.600
  4. Championnat d’Europe de football Danemark-Belgique (phase de groupe) – La Une – 17/06/2021 – 1.402.300
  5. Championnat d’Europe de football Belgique-Russie (phase de groupe) – La Une – 12/06/2021 – 1.320.400
  6. Championnat d’Europe de football Italie-Angleterre (finale) – La Une – 11/07/2021 – 1.134.900
  7. Ligue des nations de l’UEFA Belgique-France (demi-finale) – RTL-TVI – 07/10/2021 – 1.117.600
  8. Championnat d’Europe de football France-Allemagne (phase de groupe) – Tipik – 15/06/2021 – 925.600
  9. Le JT de 19h30 – La Une – 17/06/2021 – 866.200
  10. Championnat d’Europe de football France-Suisse (huitième de finale) – La Une – 28/06/2021 – 855.400

Chiffres d’audience élevés, tarifs publicitaires élevés

Les tarifs publicitaires pour la diffusion d’un spot pendant les pauses de ces événements ont évolué en conséquence. Alors qu’une publicité pendant le Super Bowl – l’événement principal du football américain – coûtait 37.500 dollars lors de la première diffusion en direct en 1967, le tarif d’une publicité de 30 secondes est aujourd’hui passé à la somme stratosphérique de 6,5 millions de dollars.

La télévision est morte, vive la télévision

C’est la deuxième conclusion intéressante de cette évolution. Tout le monde pensait que la télévision linéaire était morte, mais rien ne semble plus éloigné de la vérité. Les chaînes de télévision perdent de plus en plus de parts de marché, mais les annonceurs continuent de croire au spot de 30 secondes – archaïque selon certains – qui nécessite bien sûr de la portée. Parce que c’est ce que les annonceurs achètent. Ils veulent de l’audience, sous la forme de GRP (Gross Rating Points). Le GRP est une unité de mesure qui indique l’efficacité de votre campagne en fonction des paramètres de « fréquence » et de « groupe cible ».

C’est pourquoi les sports féminins sont si prometteurs, car davantage de femmes et de familles les regardent, ce qui constitue un groupe cible beaucoup plus intéressant pour les annonceurs.

Comme vous pouvez le voir ci-dessous, la télévision continue de détenir une part de marché de 55 % hors ligne. En incluant le numérique, ils sont encore à 36 % du gâteau publicitaire total. Certains dans le monde des médias contesteront ces chiffres, car les revenus numériques sont parfois sous-déclarés, mais la tendance générale est claire. La télévision n’a absolument pas été rayée de la carte en tant que média.

Véhicules publicitaires

La dernière raison pour laquelle le sport est si important est le turbo que représentent les ventes de forfaits de streaming d’acteurs tels que Telenet et Proximus. Ils vendent des offres groupées dans lesquelles toutes sortes d’événements sportifs en direct deviennent accessibles aux abonnés. L’achat de ces droits coûte cher, mais les grands acteurs de la diffusion en continu exploitent un public par abonnement intéressant qui est fan d’un club ou d’un sport. Ils sont donc prêts à payer entre 11 et 17 euros par mois pour pouvoir suivre leur dose de sport – aujourd’hui, principalement le football.

En tant que fan de sport, vous pouvez vous demander si une petite dose ne serait pas meilleure. Aujourd’hui, nous n’en sommes pas encore à la moitié. Ceux qui en bénéficient sont les athlètes eux-mêmes. Ils peuvent compter sur des salaires toujours plus élevés.

________________________________________

Xavier Verellen est un auteur et un entrepreneur. Son dernier livre, « Top Athletes are CEOs », qui démontre que le leadership fait la différence entre les champions et les super champions, est en vente au Standaard Boekhandel ou en ligne sur https://topsporterszijnceos.businessam.be/.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20