Comment ce petit éditeur de jeux vidéo pèse désormais le plus dans le game

Borderlands, Saints Row et Metro ne vous évoquent peut-être rien. Derrière ces célèbres franchises se cache pourtant un jeune géant suédois du gaming: Embracer. En termes de capitalisation boursière, il s’agit même du plus gros joueur de l’industrie européenne. Retour sur cette entreprise dont le cours de l’action a été multiplié par 30 depuis 2016.

1990. Alors âgé de 13 ans, Lars Wingefors a une révélation. Élevé par une mère célibataire dans une zone rurale de sa Suède natale, le jeune Lars prend conscience qu’il est loin d’être pauvre. Mais aussi loin d’être riche. « Si je veux avoir de l’argent, je dois prendre les devants », se dit-il en posant les fragiles fondations de sa première entreprise : la vente de ses bandes dessinées The Phantom.

À presque 16 ans, Lars possède la plus grande société de vente de BD d’occasion par correspondance du pays. Il ne doute pas de sa réussite jusqu’à une découverte fortuite. Sur une étagère de la librairie qu’il visite fréquemment, il découvre des jeux vidéo de seconde main. Et « l’adolescent d’affaires » a l’impression que ces jeux se vendent bien mieux que ses livres illustrés…

Un boss du gaming en devenir

En 1997, Lars Wingefors exploite une entreprise siégeant au centre de la Suède, à Karlstad, à égale distance d’Oslo et de Stockholm. Alimenté par les ventes de jeux vidéo, son chiffre d’affaires s’élève à 100 millions de couronnes (11 millions de dollars).

Devenu plus important grossiste suédois de titres indépendants, Lars vend Nordic Games à une start-up britannique un week-end de l’année 2000, au moment où la bulle internet éclate.

Relançant un distributeur quelques années plus tard, sous le nom de Game Outlet Europe, Lars renoue avec le succès grâce à des jeux low cost qu’il édite, notamment la franchise de karaoké We Sing sur la Nintendo Wii en 2009.

C’est alors que va débuter un cycle d’acquisitions marquant le véritable début de l’histoire d’Embracer Group.

Un appétit d’ogre

Cette société suédoise qui reste encore méconnue caracole pourtant en tête des plus importantes capitalisations boursières du secteur européen. Et ce, grâce à la voracité dont elle fait preuve à l’égard d’autres plus petites entreprises.

Selon les données compilées par Bloomberg, rien que sur les douze derniers mois écoulés, Embracer Group a opéré 27 rachats. La plus importante campagne de fusions et acquisitions de la région.

Et si la plupart de ces opérations sont restées assez « modestes », leur taille n’a cessé d’augmenter. En février dernier, Embracer a racheté le studio américain Gearbox Software, développeur notamment de la célèbre franchise Borderlands. Montant de la transaction : 1,3 milliard de dolalrs.

Le holding suédois de Lars Wingefors chapeaute désormais 8 filiales, 69 studios de développement et plus de 240 titres de jeux vidéo. Une croissance si rapide que certains analystes s’en inquiètent. Ne serait-ce qu’au niveau des ressources humaines, 30 personnes au sein du groupe devant superviser quelque 7000 employés, contre moins de 400 en 2016.

Investissements stratégiques

Depuis son IPO il y a cinq ans, Embracer a vu son action fortement progresser. Le cours a été multiplié plus de 30 fois et la market cap de l’entreprise, de 105 milliards SKR (13 milliards USD), dépasse désormais celle du géant français Ubisoft.

Le cycle d’acquisitions a certainement profité à l’actionnaire fondateur, la participation de Lars Wingefors représentant 28,4% du capital en mars dernier. La valeur a dès lors augmenté de plus de 70%, à 2,4 milliards de dollars actuellement, d’après les statistiques de Bloomberg.

Les analystes rappellent que l’entreprise suédoise n’a sorti aucun titre Triple-A, un terme de classification propre à l’industrie pour référencer les jeux vidéo dotés des budgets de développement et de promotion les plus élevés. Son succès, Embracer le doit à un flux constant de titres éprouvés, bénéficiant d’une bonne communauté d’adeptes, qu’il réactualise parfois ou repackage différemment. En patchant le vieux titre Titan Quest sorti en 2006, la version du jeu s’était installée au premier rang des téléchargements sur la plateforme gaming Steam.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés