Comité de concertation : vers une pause du calendrier de déconfinement ?

Un nouveau comité de concertation se réunira ce vendredi. Le nombre de cas positifs (autour des 700) fait craindre une nouvelle courbe exponentielle.

Sans être alarmistes, de plus en plus virologues et experts attirent notre attention. La campagne de vaccination réussie, mais incomplète, ne nous immunise pas encore contre le virus et son variant le plus problématique, le variant Delta.

Ce weekend, le commissaire corona, Pedro Facon, s’est exprimé sur les réseaux sociaux, indiquant que « la situation épidémiologique actuelle se caractérise par une incertitude. Nous savons que les infections augmentent fortement en raison du variant Delta, qui est 50 à 60% plus contagieux, mais aussi en raison de la suppression progressive des mesures et des interventions non-pharmaceutiques, les contacts sociaux et les voyages. De même, nous savons aussi que tous les vaccins empêchent très bien, à 90-95%, les hospitalisations et les décès après une vaccination complète. C’est une très bonne nouvelle face au variant Delta avec lequel, si vous êtes infecté, vous avez deux fois plus de chances d’être hospitalisé ».

Le souci, c’est que de nombreuses personnes avec commorbidité(s) n’ont pas encore bénéficié de deux doses. Il estime ce nombre à 600.000. Il faut ajouter à cela 440.00 personnes de plus de 65 ans. Avec un virus qui circule fort, notamment chez les personnes les moins à risque, on augmente les chances de toucher les groupes les plus à risques. La vague de contaminations pourrait alors se transformer en vague d’hospitalisations.

“C’est précisément pourquoi nous vaccinons également des groupes de population moins vulnérables, comme les jeunes et les personnes d’âge moyen. De cette manière, nous réduisons les infections, la circulation du virus et nous créons une immunité collective. »

Sciencano.

Situation internationale

Cette nouvelle vague de contaminations n’est pas propre à la Belgique. Le président Emmanuel Macron s’adressera aux Français ce soir à 20 heures. Les Pays-Bas ont enregistré plus de 10.000 cas en 24 heures ce dimanche, du jamais vu jusque-là, avec un taux de reproduction de 2,5. Le Portugal est passé au rouge ainsi qu’une très grande partie de l’Espagne.

Nous voilà repartis pour une 4e vague ? Il est un fait que la campagne de vaccination a désinhibé les comportements. Et les voyages ont repris de plus belle. À Bruxelles, une personne contaminée sur trois revient d’un voyage à l’étranger. Les experts ont pourtant toujours prévenu que la campagne de vaccination ne signifiait pas un retour à la vie normale dans l’immédiat.

D’un autre côté, l’Angleterre s’apprête à retirer toutes ses mesures pour reprendre cette fameuse vie normale, alors qu’elle est dans la même situation que le Portugal et l’Espagne. Certains parlent déjà d’une bombe à retardement pour évoquer les images de liesse populaire pour la finale de l’Euro.

Que va décider le Comité de concertation ?

C’est dans ce grand melting pot d’informations contradictoires et de promesses d’un été serein que doit se positionner le comité de concertation, ce vendredi. Le ministre de la Santé Franck Vandenbroucke (Vooruit) a déjà fait connaitre sa position: il veut plus de contrôles aléatoires, y compris pour les voitures aux frontières. La ministre de l’Intérieur Annelies Vanderlinden (CD&V) promet elle des sanctions pour les compagnies aériennes qui ne contrôleraient pas les passagers, une responsabilité qui leur incombe.

  • Selon les premières informations, on se dirige vers un gel du calendrier du déconfinement ou une partie de celui-ci. Les principaux partis autour de la table doivent bien sûr encore en discuter. Il était normalement prévu une nouvelle étable du déconfinement pour ce 30 juillet, avec notamment une augmentation de l’assistance pour les événements et les réceptions. Rappelons que la Covid safety ticket, provisoire mais qui doit permettre le retour des événements de masse de type festivals, entrera en action le 13 août.
  • Les seuils évoqués lors de l’annonce du calendrier n’ont pourtant pas été atteints: 7 adultes sur 10 devaient recevoir leur première dose de vaccin, on en est à 8 sur 10. 500 lits en soins intensifs devaient être occupés, on en est à 95.
  • Mais ce qui prime c’est la tendance. Gagner du temps maintenant permettrait à la campagne de vaccination de progresser dans cette course contre la montre, ce qui devrait mécaniquement influer sur le nombre d’hospitalisations. Rappelons que depuis peu, les 12-15 ans sont éligibles à la vaccination.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés