Chamboulé par la pandémie, voici le nouveau classement des villes les plus agréables au monde

Auckland – Chameleons Eye/Rex/Shutterstock/Rex Features

The Economist vient de publier son classement mondial annuel des villes où il fait bon vivre. Comme on pouvait s’y attendre, la pandémie de covid-19 a fortement rebattu les cartes, au détriment des métropoles européennes.

La manière dont le coronavirus a frappé les différentes régions du monde et la façon dont les autorités y ont fait face ont modifié en profondeur le classement publié cette année par The Economist. Exit les villes européennes, à l’exception notable de deux métropoles suisses, les premières places sont désormais trustées par l’Océanie et le Japon.

Au sommet de ce nouveau ranking de l’ère covid-19, on retrouve la ville néozélandaise d’Auckland. Selon le prestigieux magazine économique britannique, la cité la plus peuplée de l’archipel océanien ‘s’est hissée en haut du classement grâce à son approche réussie pour contenir la pandémie de Covid-19, qui a permis à la société de rester ouverte et à la ville d’avoir une meilleure performance en termes d’enseignement, culture et environnement’.

Auckland succède à Vienne, qui figure désormais à la 12e place du classement. À l’image de bon nombre de villes européennes, la capitale autrichienne fait ainsi les frais de la crise du coronavirus.

‘Les villes européennes ont eu une performance particulièrement médiocre’

‘Les villes européennes ont eu une performance particulièrement médiocre dans l’édition de cette année’, souligne The Economist, dont l’étude évoque notamment le ‘stress sur les ressources hospitalières qui a augmenté pour la plupart des villes allemandes et françaises’, ainsi que ‘les restrictions aux mouvements et aux rassemblements qui ont limité l’offre culturelle’.

Parmi les plus grosses dégringolades de ce classement, on notera celle d’Hambourg, qui a perdu 34 places en l’espace d’un an, glissant de la 13e à la 47e place.

Aux États-Unis, la situation est globalement la même que pour l’Europe, à l’exception d’un certain nombre de villes qui, grâce à leur bonne gestion de la pandémie, ont fortement grimpé au classement, à l’image de Honolulu (Hawaï) qui a gagné 46 places pour trôner au 14e rang cette année.

Tout en bas du classement, on retrouve à nouveau Damas, en Syrie, où la vie reste très difficile à cause de la guerre civile.

Le top 10 des villes les plus agréables:

  • Auckland (Nouvelle-Zélande)
  • Osaka (Japon)
  • Adelaïde (Australie)
  • Wellington (Nouvelle-Zélande)
  • Tokyo (Japon)
  • Perth (Australie)
  • Zurich (Suisse)
  • Genève (Suisse)
  • Melbourne (Australie)
  • Brisbane (Australie)

Le top 10 des villes les moins agréables:

  • Damas (Syrie)
  • Lagos (Nigeria)
  • Port Moresby (Papouasie-Nouvelle-Guinée)
  • Dhaka (Bangladesh)
  • Alger (Algérie)
  • Tripoli (Lybie)
  • Karachi (Pakistan)
  • Harare (Zimbabwe)
  • Douala (Cameroun)
  • Caracas (Venezuela)

Les critères pris en compte par The Economist sont la stabilité, les soins de santé, l’éducation, les infrastructures, ainsi que la culture et l’environnement.

Pour aller plus loin: