Augmenter le salaire minimum est-il vraiment favorable aux travailleurs américains ? Une étude en doute

(Pixabay)

Aux États-Unis, le président américain Joe Biden voudrait augmenter le salaire horaire minimum dans son pays. Actuellement de 7,25 dollars, l’idée serait de le relever jusqu’à 15 dollars. Une véritable aide pour les foyers les plus démunis, mais un important choc pour le marché du travail.  

C’est l’une des grandes promesses électorales de Joe Biden: le relèvement du salaire horaire à 15 dollars. Mais cette proposition fait énormément débat dans les deux chambres législatives. Et une récente étude vient encore plus troubler l’opinion des députés et des sénateurs.

Le rapport publié par le Congressional Budget Office a estimé les coûts et les bénéfices d’un tel changement pour le peuple américain. L’augmentation du salaire minimum offrirait, il est sûr, un nouveau souffle à de nombreux foyers. 27 millions d’Américains devraient voir leur salaire augmenter grâce à cette mesure. 900.000 citoyens sortiraient ainsi de la pauvreté.

Marché du travail en berne

Mais cette mesure aura aussi un coût sur le marché du travail. L’augmentation du salaire minimum contraindrait certaines firmes à virer les travailleurs qu’elles ne peuvent plus payer. D’autres éviteraient d’engager du nouveau personnel par manque de liquidité. Au total, ce serait 1,4 million d’emplois qui seraient perdus selon le rapport. Les plus jeunes seraient les plus touchés, car moins expérimentés. En outre, les entreprises devraient répercuter l’augmentation des salaires sur leurs produits et services, ce qui diminuerait leur compétitivité et créerait une inflation.

Et un salaire minimum plus élevé additionné à une augmentation du chômage aura un important coût budgétaire, pour un pays qui affronte déjà l’une de ses pires crises économiques. Le Congressional Budget Office estime qu’au cours de la prochaine décennie, le déficit fédéral grimperait de 54 milliards de dollars suite à cette seule nouvelle loi.

En effet, les États-Unis devraient débourser plus d’argent pour payer les travailleurs qui sont sous leur autorité. Mais ils devraient également venir en aide aux personnes qui n’ont pas pu entrer sur le marché de travail. Cela passerait par Medicaid, une assurance maladie pour les plus démunis, ou diverses autres aides de sécurité sociale.

L’augmentation du déficit prend en compte les revenus supplémentaires de l’État lié à cette hausse de salaire. Les personnes qui gagnent plus paieront plus d’impôts.

Un rapport contesté

Le Congressional Budget Office est une administration américaine non partisane. Il n’est donc pas question de privilégier l’avis du président ou du parti adverse. Son travail a été de rassembler toutes les études sur les sujets et d’en faire une synthèse. Le but est d’aider les élus à se faire leur propre avis.

Mais plusieurs personnes critiquent ce rapport. Heidi Shierholz, économiste principale à l’Economic Policy Institute, a déclaré à la presse que le bureau a donné un poids égal à toutes les études au lieu de privilégier les plus qualitatives. Et selon elle, il n’y aurait peu ou pas d’impact sur le marché du travail d’une telle mesure.

Bernie Sanders se montre aussi septique sur le rapport. ‘Il y a deux ans, le CBO a conclu qu’un salaire minimum de 15 dollars augmenterait le déficit de moins de 1 million de dollars sur 10 ans’, a-t-il déclaré. Il ne comprend donc pas pourquoi aujourd’hui l’estimation du déficit est de 54 milliards.

Au final, le rapport n’a fait que renforcer les avis des élus. Ceux qui sont favorables à la mesure soulignent ses conséquences sur les revenus des familles. Ceux qui s’y opposent pointent surtout le coût d’une telle mesure. Dans la situation économique des États-Unis, et avec le plan de relance que Biden propose, il y a peu de chance que le relèvement de salaire soit voté prochainement.