Au lendemain du premier tour des présidentielles, la Nouvelle-Calédonie réclame un nouveau vote sur son indépendance de la France

Alors qu’en métropole, les derniers décomptes du premier tour se sont achevés cette nuit, dans le territoire français du Pacifique, un des partis indépendantistes appelle à une nouvelle consultation publique sur la question de l’indépendance, après l’échec – et l’organisation remise en cause – des trois premières. Mais avec comme argument cette fois de contrecarrer l’influence chinoise croissante dans la région.

Le troisième et – théoriquement – dernier grand référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie, un archipel du Pacifique annexé par la France en 1853, s’est tenu en septembre dernier et a vu la victoire du non à 53%. Mais le taux de participation au suffrage n’était que de 43% alors qu’il était boycotté par les leaders indépendantistes, qui fustigeaient un événement maintenu en dépit des demandes de report. Le vote en effet tombait particulièrement proche des élections présidentielles de ce mois d’avril, ce qui pouvait influencer le résultat. En outre, rappelle The Guardian, l’archipel était alors durement frappé par le Covid-19, et de nombreuses familles étaient endeuillées. Une pratique rituelle très longue et contraignante pour les habitants kanaks.

Une décolonisation à achever

Dans ce contexte, le leader indépendantiste Charles Washetine, porte-parole du parti Palika, a appelé à la tenue d’un quatrième référendum : « Nous souhaitons que cette consultation soit organisée par le comité spécial de l’ONU sur la décolonisation » a-t-il précisé. « C’est une occasion exceptionnelle pour la France de décoloniser différemment de l’Algérie ou des autres colonies africaines. Le monde attendait de la France une décolonisation différente. »

Le leader indépendantiste a lié son argumentation aux inquiétudes portant sur l’implication croissante de la Chine dans la région, alors que la France veut rester une puissance sur laquelle on peut compter dans la région Indo-pacifique. L’Empire du Milieu avait été suspecté d’encourager la cause indépendantiste, tout en convoitant les ressources naturelles de Grande Terre, dont le nickel. « 

L’ombre chinoise

« Malgré tout, nous sommes liés à la France… puisque la France semble vouloir être ici, parlons-en et discutons-en ensemble. L’omniprésence de la Chine dans la région pose un problème. La France utilise le « non » du dernier vote pour rester. Si elle veut garder son influence économique et politique, parlons en tant que deux nations souveraines et non de cette manière unilatérale qui est la continuation des relations de pouvoir coloniales » a plaidé Charles Washetine.

Selon lui, l’intérêt de la France pour son ancienne colonie est à la fois économique et géopolitique, la Nouvelle-Calédonie étant un élément important de « l’axe indo-pacifique », un concept de plus en plus mis en avant par le président Emmanuel Macron. Nonante-trois pour cent de la zone économique exclusive de la France sont situés dans les océans Indien et Pacifique.

Le parti Palika souhaite entamer des négociations sur un quatrième référendum après l’élection présidentielle française. Les partis pro-français ont toutefois rejeté cet appel à organiser une nouvelle consultation.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20