Attention Tesla, cette ‘Mini chinoise’ ne coûte que 4.000 euros et se vend comme des petits pains

De productieband van joint venture SAIC-GM-Wuling Automobile, die de Wuling Hong Guang Mini EV maakt – Foto: Isopix/Imaginechina via AP Images

Le Wuling Hong Guang Mini EV a beau ressembler à une boîte à chaussures sur roues, il se vend extrêmement bien. Avec son faible coût et sa conception pratique, la citadine électrique a su séduire les Chinois. Dans son pays d’origine, la voiture se vend déjà mieux que le modèle le plus accessible de Tesla, et il est prévu de la commercialiser à l’échelle mondiale.

La boîte à chaussures compacte mesure moins de 3 mètres de long et un mètre et demi de large. Mais il y a néanmoins de la place pour quatre personnes. La version la moins chère du Wuling Hong Guang Mini EV coûte 28.800 yuans (3.700 euros), mais sa configuration la plus populaire, avec climatisation, quitte le showroom pour un peu plus de 4.000 euros.

‘La voiture des navetteurs du peuple’

Bien qu’elle ne puisse pas rivaliser avec sa concurrente de chez Tesla en termes de spécificités (autonomie, vitesse maximale, etc.), la ‘Mini chinoise’ marque des points pour son prix et sa facilité d’utilisation. Le véhicule électrique est présenté comme ‘la voiture des navetteurs du peuple’, dispose d’une autonomie de 120 kilomètres et d’une vitesse maximale de 100 kilomètres/heure. En outre, il n’est pas équipé d’une batterie high-tech, ce qui signifie qu’il peut être rechargé via une prise de courant ordinaire.

Le Wuling Hong Guang Mini EV est le vaisseau amiral de la société d’État SAIC Motor. Cette firme est le plus grand constructeur automobile de Chine et dispose de co-entreprises avec General Motors et Volkswagen.

Entre son lancement en juillet et la fin de 2020, la société a vendu 112.000 unités du Mini EV, rapporte le journal économique asiatique Nikkei Asia. Cela en fait la deuxième voiture la plus vendue en Chine en 2020, après la Model 3 de Tesla. Cependant, sur une base mensuelle, la ‘Mini chinoise’ bat le modèle de base d’Elon Musk. Toujours selon Nikkei Asia, la citadine est également le deuxième modèle électrique le plus vendu au monde, juste derrière la Model 3.

Après la Chine, le monde?

Il est tout à fait possible que la voiture électrique compacte fasse également son apparition sur nos routes. Selon les médias chinois, SAIC a déjà conclu un partenariat avec un constructeur letton pour faire venir une version du véhicule en Europe. Un bémol toutefois: en raison des normes environnementales strictes de l’UE, son prix augmenterait considérablement.

Mais cela n’empêche pas la société d’État de Shanghai de vouloir fortement augmenter ses ventes à l’international dans le futur. Dans les cinq prochaines années, les ventes à l’étranger devraient quadrupler, par rapport au volume de 2020. Malgré la pandémie, SAIC a vendu 390.000 voitures à l’étranger, soit une augmentation de 11% par rapport à l’année précédente. À titre de comparaison, Tesla a vendu environ 500.000 voitures dans le monde entier l’an dernier.

Yu De, directeur exécutif du département des ventes internationales, voit un énorme potentiel de croissance dans les marchés étrangers. En Europe, dit-il, les ventes annuelles devraient pouvoir atteindre 300.000 unités d’ici 2025. Parmi celles-ci, 70 à 80% devraient être des ‘nouvelles énergies’, terme générique chinois désignant les véhicules électriques, les hybrides et les plug-ins hybrides.

‘Le marché européen des ‘véhicules à nouvelle énergie’ offre des opportunités incroyables aux constructeurs automobiles chinois qui ont été actifs dans ce segment depuis ses débuts’, a notamment déclaré Yu De au journal d’État anglophone China Daily.

Lire aussi: