Après le gaz, au tour du pétrole: le baril atteint son prix le plus élevé depuis trois ans

Les marchés pétroliers ont grimpé pour la sixième journée consécutive mardi, stimulés par une offre plus restreinte et des perspectives de demande solides. Par exemple, mardi matin, le prix du baril de pétrole Brent (159 litres) sur les marchés asiatiques a atteint 80,20 dollars (68,65 euros), son plus haut niveau depuis octobre 2018.

Pourquoi est-ce important ?

Les prix sur le marché de l'énergie sont hors de contrôle. "La force motrice de cette escalade est clairement la pénurie d'énergie en Chine, alors que ce n'est même pas encore l'hiver. Les acheteurs asiatiques sont donc en concurrence avec les Européens pour l'approvisionnement en gaz naturel au comptant, et maintenant, je le soupçonne, pour l'approvisionnement en pétrole sur le marché au comptant", a écrit Jeffrey Halley, analyste principal du marché chez le courtier en devises Oanda, dans une note consultée par Business Insider.
  • Les contrats à terme sur le pétrole brut de Brent ont gagné 67 cents, soit 0,8%, à 80,20 dollars le baril à 11h16, heure de Paris, après avoir atteint leur plus haut niveau depuis octobre 2018 (alors 80,75 dollars). Le Brent, un type de pétrole brut utilisé comme standard dans la fixation du prix, a augmenté de 1,8 % lundi.
  • Le prix à terme du pétrole brut West Texas Intermediate (WTI) a augmenté de 79 cents, soit 1 %, pour atteindre 76,24 $ le baril, après avoir atteint un sommet en séance de 76,67 $, le plus haut depuis début juillet. Le jour précédent, ils étaient en hausse de 2 %.

Quel est le moteur de ce boom ?

Les problèmes énergétiques de la Chine sont un facteur de la hausse des prix du pétrole, selon les analystes, « en plus de la pénurie de gaz naturel, qui va se propager dans le monde entier », rappelle Insider. La demande de gaz naturel devrait se répercuter sur le pétrole comme alternative, selon les analystes.

Le resserrement de l’offre, dû à la fois aux pénuries d’énergie en Chine et à des prévisions de demande trop optimistes, est à l’origine de ce boom. Reuters a énuméré quelques autres exemples concrets :

  • Les ouragans Ida et Nicholas, qui ont traversé le golfe du Mexique en août et en septembre, ont endommagé des plates-formes, des pipelines et des centres de traitement, interrompant la plupart des activités de production offshore pendant des semaines.
  • Les principaux exportateurs africains, le Nigeria et l’Angola, auront également du mal à augmenter leur production pour atteindre les quotas fixés par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) au moins jusqu’à l’année prochaine, en raison de problèmes de sous-investissement et de maintenance, préviennent les sources.

OPEP+

La lutte du Nigeria et de l’Angola est en grande partie la même que celle de plusieurs autres membres de l’OPEP+, comme cette alliance s’appelle en réalité. Ces derniers ont limité leur production pour soutenir les prix, mais ne parviennent pas à l’augmenter pour répondre à la reprise de la demande.

Par ailleurs, plus tard dans la journée, l’OPEP+ publiera un rapport sur ses prévisions concernant la demande mondiale de pétrole.

Comment les banques d’investissement le voient-elles ?

« Les marchés pétroliers s’accélèrent alors qu’une pénurie d’approvisionnement persistante réduit la couverture des stocks au niveau le plus bas depuis des décennies », a déclaré Barclays dans une note. La banque a relevé ses prévisions pour les prix du Brent et du WTI pour 2022 à 77 £ et 74 $ le baril respectivement.

Morgan Stanley prévoit que le Brent se négocie à 77,5 dollars le baril au troisième trimestre dans un scénario de base et à 85 dollars dans un scénario de croissance.

Goldman Sachs pense que les augmentations de la production de l’OPEP+ ne suffiront pas à répondre à la demande croissante au cours de la période à venir.

Pour aller plus loin :

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20