L’Allemagne compromet le plan de coalition polonais pour approvisionner l’Ukraine en chars d’assaut

Plusieurs pays européens envisagent de faire don de chars occidentaux modernes à l’Ukraine. Pour ce faire, ils veulent former une coalition, incluant l’Allemagne. Or, celle-ci refuse actuellement toute coopération.

Pourquoi est-ce important ?

L'Occident a déjà fourni à l'Ukraine des milliards d'euros en équipements militaires. Ces dernières semaines, de plus en plus de pays se sont montrés disposés à fournir des véhicules de combat modernes, et même des chars. L'Ukraine en réclame depuis un certain temps, estimant que l'équipement actuel (principalement d'origine soviétique) n'est pas suffisant pour arrêter les Russes.

L’actualité : La Pologne est prête à fournir une petite quantité de chars à l’Ukraine, à condition que d’autres pays occidentaux se joignent à elle, rapporte Politico, entre autres.

  • Dix chars Leopard 2 polonais pourraient bientôt partir pour l’Ukraine. C’est ce qu’a déclaré samedi le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki. Il a toutefois posé une condition : « La Pologne ne peut fournir des chars que si une coalition est formée avec d’autres pays. »
  • Même son de cloche chez Paweł Jabłoński, vice-ministre des Affaires étrangères de Pologne. « Nous encourageons les autres pays occidentaux à former une large coalition pour le transfert de chars plus modernes à l’Ukraine », a-t-il déclaré à Polskie Radio.
  • La cible, c’est notamment l’Allemagne. Ce pays possède lui-même 225 Leopard 2, avec 125 autres en réserve, prêts à être vendus (ou donnés). « J’ai parlé avec le chancelier allemand Olaf Scholz à Bruxelles il y a quelques semaines, je pense que nous en saurons plus dans les prochains jours », a lâché le représentant polonais.
  • La Pologne n’a pas non plus d’autre choix que d’attendre l’aval des Allemands. Ces chars ont été construits par la société allemande Kraus-Maffei Wegmann, de sorte que, contractuellement, l’Allemagne doit donner son accord si la Pologne veut réexporter les chars.

D’autres chars occidentaux

  • De plus, la France pousse également le dossier. Pendant ce temps, le Royaume-Uni prépare sa propre livraison de chars.
  • Paris souhaite que l’Allemagne fasse don de chars Leopard, et de préférence avant le sommet franco-allemand du 22 janvier. Ce jour-là, les deux pays célébreront le 60e anniversaire du traité de l’Élysée, l’amitié entre la France et l’Allemagne (de l’Ouest).
  • Si l’Allemagne passe le cap, la France pourrait suivre. L’armée française dispose de 222 chars Leclerc en service ; 184 autres sont en réserve. Ceux-ci, comme les Leopard 2 allemands, peuvent partir pour l’Ukraine.
  • Le Royaume-Uni fournirait aussi des tanks : les Britanniques parlent depuis plusieurs jours de la livraison de 10 chars Challenger 2, des véhicules des années 1980 et 1990 qui comptent parmi les meilleurs engins modernes. L’ancien chef d’état-major de l’armée, le général Richard Dannatt, a par ailleurs appelé le gouvernement à faire don de véhicules blindés FV510 Warrior.
  • Si la coalition se met en place, d’autres pays occidentaux pourraient également y participer. L’Espagne, la Grèce, le Danemark et la Finlande disposent aussi de chars Leopard 2. Ces engins étant assez répandus, les munitions et les pièces de rechange ne manqueront pas de sitôt. Ces véhicules figurent donc en bonne place sur la liste des souhaits de l’Ukraine.
  • Toutefois, cet espoir est bien mince : l’Allemagne elle-même a immédiatement rejeté le plan. « L’Allemagne ne prévoit pas actuellement d’envoyer des chars Leopard 2 en Ukraine », a informé un porte-parole du gouvernement. Ce faisant, il a immédiatement fait honte au vice-premier ministre Robert Habeck. Ce dernier a déclaré la semaine dernière encore, lorsque Scholz a annoncé que l’Allemagne fournirait 40 véhicules blindés Marder, qu’un don de chars de bataille ne pouvait pas non plus être exclu.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20