À Londres, les offres d’emploi on chuté de 50% : les Britanniques subissent le plus gros coup dur en Europe

Guy Bell/Shutterstock

Dans aucune grande ville d’Europe, le marché du travail n’a été aussi durement touché par l’épidémie qu’à Londres. C’est ce que révèle un rapport réalisé par le site international de l’emploi Indeed. Il s’est basé sur une analyse des offres postées sur sa plateforme au cours de ces douze derniers mois. 

Le rapport montre que les grandes villes où prolifèrent la grande distribution, les loisirs, le tourisme et l’immobilier étaient plus sensiblement touchées par les conséquences économiques de la pandémie. 

Les capitales

Et ce sont logiquement les grandes capitales de l’Union européenne qui ont été les plus touchées par la crise. Outre Londres, l’impact de la pandémie sur le marché du travail s’est également fait ressentir dans des grands centres urbains comme Berlin, Madrid, Paris et Rome, plutôt que dans le reste du pays. 

Les restrictions liées à la deuxième vague ont causé des dégâts plus importants dans ces grandes villes, qui occupent pourtant une place prépondérante sur le marché du travail. 

Les chercheurs notent également qu’aucun pays de l’Union européenne n’a subi un impact aussi important sur le marché du travail national que le Royaume-Uni. À Londres, la pandémie a réduit de 50% le nombre de postes vacants. Dans le reste du Royaume-Uni, une contraction de 42% a été constatée.

Ces résultats ne sont pas surprenants. Londres est dotée d’un marché du travail particulièrement dense et d’une forte activité économique dans les secteurs du commerce de détail, de la restauration et des loisirs, qui ont été particulièrement touchés par la pandémie.

Les centres administratifs

Ces conclusions s’alignent sur les résultats qui découlent de l’enquête réalisée par la Banque d’Angleterre. Elles indiquent que la consommation sociale – c’est-à-dire les dépenses qui favorisent les interactions sociales – contribue davantage à l’économie du Royaume-Uni que dans d’autres pays. La Banque d’Angleterre affirme s’attendre à ce que la consommation sociale se rétablisse plus rapidement dans les pays où l’épidémie pourrait être plus rapidement endiguée. 

Après Londres, c’est la ville de Madrid qui a été le plus durement touchée, selon Indeed. Dans la capitale espagnole, on a constaté une baisse de 46% sur le marché de l’emploi, contre 39% dans le reste du pays. En France, les offres d’emploi ont chuté de 40% à Paris, contre 24% ailleurs sur le territoire.

À Rome, les offres ont été réduites de 35% tandis que le reste de l’Italie a enregistré une baisse de 24%. Enfin, Berlin a enregistré une baisse de 25%, contre 17% dans les autres régions du pays.

Selon Pawel Adrjan, économiste chez Indeed, le travail de bureau est crucial lorsque de telles tendances sont observées. Les capitales abritent de nombreuses personnes qui occupent des postes administratifs, postes qui peuvent être occupés même en étant en télétravail. 

Mais cela n’est pas non plus sans conséquence sur les autres secteurs comme l’hôtellerie, la restauration et le commerce de détail, généralement aussi fort présents dans les capitales.