À Hong Kong, des apps répertorient les commerces partisans du pouvoir ou non

Des manifestants pro-démocratie de Hong Kong participent à une protestation dans le centre commercial de l’IFC, dans le centre de Hong Kong, le 7 janvier. (Photo: Kish Kim/Sipa USA)

Des cartes situant les commerces qui soutiennent les protestations ou le gouvernement émergent, permettant aux Hongkongais de manifester en choisissant où dépenser leur argent.

À Honk Kong, les citoyens ont trouvé une nouvelle façon de protester contre le pouvoir en place… en décidant où diriger leurs portefeuilles. Des applications smartphones sont ainsi apparues, montrant les entreprises soutenant plutôt leurs revendications ou le gouvernement. Le verdict est sans appel: de nombreux commerces ont vu leur chiffre d’affaires baisser devant une diminution massive du nombre de visiteurs…

Le jaune et le bleu: telles sont les couleurs du mouvement populaire pour distinguer les ‘bonnes’ des ‘mauvaises’ entreprises. En jaune, les commerces qui font entendre leur voix quant aux manifestations pro-démocratiques ou les appuient. En bleu, ceux perçus comme étant contre les manifestants et/ou soutenant le gouvernement et la police. Spoiler: ce sont bien les bleus qui en pâtissent financièrement.

Le cercle économique jaune

Instagram se mue aussi en vecteur de cette ‘ségrégation’: un compte a par exemple accumulé plus de 190.000 followers depuis son lancement en septembre, promouvant ces fameuses entreprises ‘jaunes’ qui soutiennent les protestations.

Résultat: certaines n’ont plus peur d’afficher leur appartenance et indiquent clairement soutenir Honk Kong sur leur vitrine, comme le restaurant Lung Moon, dans le quartier de Causeway Bay. Le commerce affiche aussi un QR code à sa fenêtre dirigeant vers une carte Google Map qui distingue les ‘jaunes et bleus’ dans la ville. Un client indique par ailleurs qu’il s’agit d’une des raisons l’ayant décidé à choisir ce restaurant. ‘C’est ma liberté, n’est-ce pas? C’est ma liberté de choisir comment dépenser mon argent’, a-t-il déclaré à CNBC.

Lire aussi: Les affrontements de Hong Kong, ça se passe aussi sur GTA V

Le propriétaire d’un autre commerce, Lin On Yeung, affirme que ce ‘cercle économique jaune’ est plutôt positif, ‘les gens devenant plus solidaires par des moyens économiques’. Il nuance pourtant ne pas aimer cette opposition, préférant une société unifiée.

Mais au-delà des jaunes et des bleus, c’est toute l’économie hongkongaise qui se trouve marquée par les tensions politiques. Pour la première fois en dix ans, son économie s’est affaiblie pendant deux trimestres consécutifs (les deuxième et troisième trimestres de 2019). La baisse des ventes touche la majorité des commerces, en partie à cause d’une diminution de 40 % du nombre de visiteurs au cours de la deuxième moitié de 2019. Jaune ou bleu, le déficit budgétaire ne fait lui pas de discrimination…

Lire aussi: Républicains et Démocrates d’accord pour soutenir les manifestants de Hong Kong