Républicains et Démocrates d’accord pour soutenir les manifestants de Hong Kong

Les manifestants tiennent le siège dans l’Université Polytechnique. (EPA)

Le Sénat américain s’est accordé pour demander le respect des droits humains et prévoit des sanctions économiques. Le Chine dénonce une entrave à son développement.

Le fait mérite d’être souligné : Républicains et Démocrates américains se sont entendus pour accorder leur soutien aux manifestants anti-Pékin de Hong Kong. Le Sénat a en effet adopté mardi 19 novembre un texte pour défendre les droits humains intitulé le ‘Hongkong Human Rights and Democracy Act’.

‘Le Sénat américain a envoyé un message clair aux Hongkongais qui luttent pour les libertés auxquelles ils sont attachés de longue date : nous vous entendons, nous restons à vos côtés, et nous ne resterons pas sans réagir pendant que Pékin sape votre autonomie’ déclarait Marco Rubio, sénateur républicain.

‘Ce texte établit clairement que les Etats-Unis défendront fermement et sans ambiguïtés les aspirations légitimes du peuple de Hongkong’ prolonge le démocrate Bob Menendez dans un communiqué commun.

Le texte doit désormais passer devant la Chambre des Représentants. Pour rappel, cette dernière avait adopté une législation légèrement différente le mois passé. Nécessité donc pour le Congrès de trouver un terrain d’entente, avant de soumettre le texte à l’approbation du président Donald Trump.

Dans un même temps, le Sénat a voté à l’unanimité un texte de sanction économique. Ce dernier prévoit un embargo sur l’exportation de matériel anti-émeutes destiné aux forces de l’ordre Hongkongaises.

Pékin voit rouge

Sans surprise, Pékin a indiqué sa colère face à une telle décision. Le gouvernement a appelé à de nombreuses contre-mesures pour garantir la souveraineté de la Chine dans l’ancienne colonie britannique.

Le porte parole de la diplomatie chinoise aux États-Unis, Geng Suang, qualifié les décisions américaines d’actions destinées à ‘entraver le développement de la Chine en profitant de la question d’Hongkong’.

Un représentant américain anonyme, cité par l’agence Reuters, a récemment indiqué qu’aucune décision n’avait été prise. La question serait encore sujette à débat entre les conseillers du chef de la Maison-Blanche.

À Hong Kong, la mobilisation des étudiants continue. Des dizaines de manifestants reclus dans l’Université Polytechnique continuent de braver le siège, malgré les nombreux appels de la police à se rendre. Hier soir, les derniers protestataires siégeaient encore dans l’Université. Ce siège constitue la plus longue et violente confrontation depuis le début des manifestations.