23 ans après, Fight Club est revisité à la sauce chinoise: « Et la police arrêta les criminels, empêchant les bombes d’exploser »

Pékin a la fâcheuse tendance à remanier des classiques à sa sauce. Et il vient d’en montrer un nouvel exemple avec le film Fight Club (1999), de David Fincher. Sauf que c’est loin d’être passé inaperçu après du public chinois, qui avait déjà vu la version originale.

Disponible sur la plateforme de streaming Tencent Video, Fight Club vient de voir sa fin totalement chamboulée en Chine.

Pour rappel, dans la fin de la version originale du film envoie un message très fort d’anticapitalisme et d’anarchisme, avec l’explosion – provoquée par l’alter ego du narrateur, Tyler – de différents immeubles hébergeant des sociétés financières, menant à l’effacement de nombreuses données bancaires.

La fin désormais proposée sur Tencent Video est tout autre, rapporte le Guardian. La scène de l’explosion des immeubles est remplacée par un écran noir et un message: « La police a rapidement compris tout le plan et arrêté tous les criminels, empêchant ainsi la bombe d’exploser ».

Il apparaît que Tyler – fruit de l’imagination du narrateur – a été envoyé dans un « asile d’aliénés » pour y recevoir un traitement psychologique, avant d’en sortir.

« Scandaleux »

D’après le quotidien britannique, bon nombre de Chinois se sont aperçu de la modification. Tout simplement car ils avaient déjà eu accès préalablement à des versions pirates – à la fin non altérée – de Fight Club.

« C’est trop scandaleux. Fight Club sur Tencent Video nous montre qu’ils ne se contentent pas de supprimer des scènes, mais qu’ils ajoutent aussi à l’intrigue », a notamment fustigé un internaute sur le réseau social chinois Weibo.

Notons qu’il n’est pas rare que les studios hollywoodiens publient eux-mêmes des coupes alternatives en vue de recevoir le feu vert de Pékin et donc l’accès au marché chinois. Pour Fight Club, on ne sait pas encore si ce sont les censeurs du gouvernement qui ont ordonné que la fin soit modifiée ou si ce sont les producteurs du film original qui ont eux-mêmes effectué les changements. Tencent n’a pas souhaité commenter l’affaire.

Sous la présidence de Xi Jinping, les autorités chinoises mettent tout en œuvre pour purger la société de ses éléments jugés malsains, qui sont parfois exposés via le cinéma. Ce mardi, l’administration chinoise du cyberespace a annoncé qu’elle lançait une nouvelle campagne de nettoyage du Web. L’opération durera un mois et aura pour objectif de créer une atmosphère « civilisée et saine » en ligne pendant les vacances du nouvel an lunaire.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20