Xiaomi double ses bénéfices en 2020, profitant des déboires d’Huawei

(Photo: FEATURECHINA/Newscom/Sipa USA – Isopix)

L’entreprise technologique chinoise Xiaomi a doublé ses bénéfices en 2020, année où elle a vendu 17,5% de smartphones en plus, en partie grâce à la disgrâce de l’un de ses principaux rivaux, Huawei, sous l’effet des sanctions américaines.

Selon le compte de résultat que la société a envoyé aujourd’hui à la Bourse de Hong Kong, le bénéfice net s’est élevé à 20.356 millions de yuans (2,6 milliards d’euros) en 2020, soit une augmentation de 102,7% par rapport à l’année précédente.

Le bénéfice net ajusté sur toute l’année a, lui, dépassé les attentes du marché, s’établissant à 13 milliards de yuans (1,6 milliard d’euros), en hausse de 12,8 % en glissement annuel. Le chiffre d’affaires total s’élève à 245,9 milliards de yuans (31,8 milliards d’euros, +19,4% par rapport à 2019).

Smartphones

Xiaomi continue de tirer l’essentiel de ses revenus de ses activités liées aux smartphones, qui sont passées de 59,3% à 61,9% du total, après que les revenus de ce segment ont augmenté de 24,6% en glissement annuel.

Dans le même temps, les revenus des produits dits ‘lifestyle et internet des objets (IoT)’, allant des téléviseurs et ordinateurs portables aux purificateurs d’air ou aspirateurs robots, ont moins progressé, de 8,6%, et sont passés de 30,2% du total à 27,4%.

En termes de répartition géographique, la Chine reste le principal marché de Xiaomi même si, si la tendance se poursuit, elle pourrait bientôt cesser de l’être : en 2019, son poids était de 55,7% du revenu total et en 2020, de 50,2%, tandis que les 49,8 % restants proviennent déjà des marchés étrangers. Le chiffre d’affaires dans les autres pays – Xiaomi vend des produits dans plus d’une centaine de territoires – a en effet augmenté de 34,1% en 2020.

Xiaomi contre Huawei

Xiaomi a connu une année 2020 positive et cela s’est reflété dans la valorisation de ses actions à Hong Kong, qui ont augmenté de plus de 200 % tout au long de l’année, avec une vigueur particulière au dernier trimestre.

L’optimisme de ses investisseurs s’explique en partie par le fait qu’au cours des trois derniers mois, la part de marché mondiale des smartphones de son rival Huawei s’est effondrée en raison des sanctions imposées par Washington – qui l’empêchent notamment d’accéder au système d’exploitation Android -, chutant pour la première fois en six ans du ‘top 5’ des vendeurs.

Parmi les cinq premiers, Xiaomi est celui qui a le plus progressé au dernier trimestre en augmentant ses ventes de 31%, une performance qui s’est également reflétée sur l’ensemble de l’année, avec une croissance de 19% dans un contexte défavorable, les ventes mondiales de smartphones ayant chuté de 7 %, selon le cabinet Canalys.

Mais après la joie de la fin 2020 est venue l’inscription inattendue, mi-janvier, de Xiaomi par l’administration Trump sur une liste noire établie par les États-Unis des entreprises ayant des liens supposés avec l’armée chinoise – ce que la firme a toujours nié – qui s’est accompagnée d’une interdiction pour les investisseurs américains d’acheter ses actions. Une décision finalement annulée mi-mars par un juge américain.

Pour en savoir plus sur le sujet: