Xi Jinping la joue Robin des Bois: la Chine va s’attaquer aux riches pour instaurer une « prospérité commune »

Les Chinois les plus riches risquent de bientôt voir leur fortune fondre comme neige au soleil. Les autorités ont en tout cas annoncé leur intention de mener une nouvelle politique économique, axée sur une répartition des richesses moins inégale dans le pays.

Ce mardi, à l’occasion de la 10e réunion du Comité central des affaires financières et économiques, les plus hauts décideurs économiques de la Chine se sont concertés en vue de revoir leur stratégie. On y retrouvait, entre autres, le président Xi Jinping, le Premier ministre Li Keqiang, le président de la Conférence consultative politique du peuple chinois Wang Yang, et le 1er vice-Premier ministre Han Zheng.

D’après l’agence de presse étatique Xinhua, Xi Jinping a annoncé que la Chine avait l’intention de commencer à mener une politique visant à garantir une « prospérité commune » dans le pays. Autrement dit, une répartition moins inégale des richesses.

Pour ce faire, la Chine compte réglementer les « revenus excessivement élevés », selon les dires du président chinois. Pour l’instant, on ne sait pas exactement ce que recouvre ce terme. En parallèle, le Parti communiste souhaite permettre un meilleur développement de la classe moyenne, tout en augmentant les revenus des groupes les plus pauvres.

Depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping, en 2012, le Parti communiste a placé la lutte contre la pauvreté parmi ses priorités. Il souhaite bâtir une société prospère dans sa globalité. Un objectif qui, une fois rempli, est censé permettre aux autorités de renforcer leur gouvernance.

Un défi de taille

En début d’année, le président chinois a d’ailleurs déjà fièrement annoncé avoir éradiqué la pauvreté extrême en Chine. Une annonce a priori très réjouissante qui doit tout de même être contrebalancée avec quelques nuances. La Chine place par exemple le seuil de pauvreté à 1,69 dollar, alors que la Banque mondiale le situe à 1,90 dollar… pour les pays les plus pauvres. En réalité, selon les normes de la Banque mondiale, Pékin devrait utiliser l’indice de 5,50 dollars. Si c’était le cas, le Parti communiste ne pourrait pas du tout affirmer qu’il a fait disparaître l’extrême pauvreté.

Sur le plan de l’écart des richesses, Pékin a également beaucoup de boulot à faire. Bloomberg rapporte ainsi qu’en 2020, les 20% les plus riches de la population chinoise ont gagné plus de 10 fois plus que les 20% les plus pauvres. A titre de comparaison, en Belgique, ce ratio était de 3,7 la même année, là où les Etats-Unis étaient autour de 8,5 en 2018.

Rappelons enfin que la croissance de la Chine au cours des deux dernières décennies a été fulgurante. Son PIB est passé de 2,23 billions de dollars en 2000 à 11,8 billions de dollars en 2020. L’année dernière, malgré la pandémie, elle a été le seul grand pays du monde à enregistrer une croissance économique.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés