Eh, Trump ! Walmart crée 10 000 nouveaux emplois au Mexique

Le président américain élu Donald Trump a réussi la semaine dernière à sauver 1100 emplois dans une usine dans l’État de l’Indiana, l’État de son colistier Mike Pence. (Un syndicat local a rapidement contesté ce chiffre – au grand dam de Trump – pour le ramener à 800).

Le président américain élu Donald Trump a réussi la semaine dernière à sauver 1100 emplois dans une usine dans l’État de l’Indiana, l’État de son colistier Mike Pence. (Un syndicat local a rapidement contesté ce chiffre – au grand dam de Trump – pour le ramener à 800).

Ces 800 à 1.100 emplois auraient été délocalisés au Mexique, mais après l’intervention du duo Trump et Pence et les cadeaux fiscaux qu’ils lui ont concédés, la société Carrier, un fabriquant de climatiseurs, a finalement annoncé qu’elle avait renoncé à déplacer ces emplois au Mexique. Pendant sa campagne, Trump avait fait de son épreuve de force avec le Mexique l’un de ses thèmes favoris.Le président mexicain Enrique Peña Nieto, qui a été très fortement critiqué dans son pays parce qu’il avait reçu Trump au Mexique pendant la campagne de ce dernier, alors que le magnat de l’immobilier ne cessait de clamer qu’il ferait édifier un mur tout le long de la frontière américaine avec ce pays – avait de bien meilleures nouvelles mercredi pour ses compatriotes.

Walmart crée 10.000 nouveaux emplois au Mexique

La chaîne de supermarchés Walmart va en effet investir 1,3 milliard de dollars dans ses opérations logistiques au Mexique et créer à cette occasion 10.000 nouveaux emplois.L’accord a été annoncé en grande pompe mercredi à la résidence de Peña Nieto. Les dirigeants de Walmart étaient présents pour entendre l’hymne national mexicain, après quoi le président, un groupe de politiciens et de cadres d’Amérique latine du géant des supermarchés se sont succédé au micro pour se féliciter de ce succès.

« Un excellent exemple de ce que peut accomplir le libre-échange »

Peña Nieto et d’autres membres de son gouvernement, ont présenté l’accord comme étant « un excellent exemple du commerce international et un témoignage des excellentes conditions que le Mexique peut offrir au monde des affaires ».« J’invite quiconque doutant de ce que le libre-échange peut accomplir, à parcourir les allées d’un supermarché Walmart », a déclaré le ministre de l’Economie mexicain Ildefonso Guajardo. Il a ajouté que l’investissement serait entièrement financé avec de l’argent provenant de bénéfices réalisés au Mexique, anticipant ainsi le moindre doute sur les transferts d’argent possibles entre les deux pays.

La revanche de Peña Nieto

Peña Nieto exultait :

«Le Mexique est l’un des rares pays qui se développent dans la région. Nous sommes le principal moteur économique de l’Amérique ».

Walmart possède 2 000 magasins au Mexique avec un effectif de 200 000 employés. Ils accueillent 4 millions de clients chaque jour. Pour la société, il s’agissait d’une magnifique opportunité pour améliorer son image, car elle a été soupçonnée au cours de ces dernières années d’avoir soudoyé les autorités mexicaines pour être autorisée à ouvrir de nouveaux magasins.