La Wallonie veut limiter l’usage du glyphosate

Dans une interview au journal La Libre Belgique, le ministre wallon de l’Environnement Carlo Di Antonio (cdH) a expliqué qu’il souhaitait compliquer en Wallonie l’usage du glyphosate, connu sous l’appellation commerciale « Roundup » de Monsanto.

Dans une interview au journal La Libre Belgique, le ministre wallon de l’Environnement Carlo Di Antonio (cdH) a expliqué qu’il souhaitait compliquer en Wallonie l’usage du glyphosate, connu sous l’appellation commerciale « Roundup » de Monsanto.

Un décret qui donnera habilitation au gouvernement d’interdire sous certaines conditions et de limiter l’usage de tout produit phytosanitaire a été approuvé en deuxième lecture il y a une semaine, précise Carlo Di Antonio dans La Libre.

Cette semaine, le Comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale de l’Union européenne se prononcera sur la prolongation de l’homologation du glyphosate, un herbicide chimique considéré « cancérogène probable » par le CIRC, le centre international de recherche sur le cancer, agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) des Nations unies.

Le plan de limitation du glyphosate en Wallonie comprend une interdiction d’usage pour les agriculteurs dans les environs de nappes d’eau, d’établissements scolaire et de noyaux d’habitations. Dans les commerces, les produits seront contenus dans une armoire fermée. Les clients ne seront servis que par un membre du personnel disposant d’une phytolicence. Carlo Di Antonio souhaite également que le Roundup soit emballé dans un paquet neutre.

Vers une Wallonie 100% bio en 2025

Dans La Libre Belgique, le ministre dit défendre l’idée d’une Wallonie 100 % bio à l’horizon 2025.  « Cette idée de 100 % de qualité différenciée permettrait d’être à la pointe en matière de santé et d’environnement et de donner un vrai projet de production pour la Wallonie », conclut-il dans le journal.