« Vous ne passerez pas »: le « convoi de la liberté » interdit à Bruxelles

Les camions et véhicules de la manifestation contre les mesures sanitaires, appelée « convoi de la liberté », seront interdits en région bruxelloise lundi.

Une délégation de camionneurs, protestant contre les mesures sanitaires au Canada, ont mis à l’arrêt la capitale Ottawa. Ce mouvement a fait des émules en France, où un convoi s’est mis en route pour Paris pour ensuite rejoindre Bruxelles.

A Paris, la préfecture a interdit l’entrée sur son territoire au convoi. Bruxelles a pris la même décision. Une manifestation était notamment attendue lundi, mais les camions sont interdits d’accès sur tout le territoire de la région bruxelloise, rapporte la RTBF.

Philippe Close, bourgmestre de Bruxelles-Ville, sort d’une réunion avec le ministre-président de la Région Bruxelles-Capitale et la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden. « Ici, on sent que c’est des personnes qui veulent bloquer la capitale, un peu comme ils ont mis cette intention aussi sur Paris où il y a eu une réaction très ferme de la préfecture. Je le répète : il est normal qu’une population puisse manifester son mécontentement mais il n’est pas normal qu’elle prenne en otage des habitants, des commerçants, des institutions comme ils veulent le faire. Notre réaction sera très ferme », déclare-t-il à la chaine publique.

Il explique également la procédure d’accueil pour les manifestants : « Nous sommes en contact avec la ministre de l’intérieur pour que, déjà aux frontières, ils soient repérés puisqu’ils sont en cortège. On va repérer les plaques d’immatriculation. Si des personnes devaient venir, elles seraient dirigés vers le parking C, derrière le Heysel où elles pourraient déposer leur véhicule et ensuite prendre les transports pour venir manifester en ville. On est prêt à négocier. Je rappelle aussi qu’il n’y a aucune demande. En Belgique, quand vous voulez manifester, vous devez demander une autorisation. C’est dans la Constitution. Vous devez respecter les lois de police ». 

Respect de l’interdiction?

Vu l’ampleur du rassemblement au Canada, et le quasi état de siège d’Ottawa, cette manifestation prévue ne va pas sans rappeler une manifestation violente qui a eu lieu à Bruxelles le 23 janvier. Au départ du convoi, les personnes semblaient déjà déterminées. A voir si ces personnes qui depuis deux ans font fi de toutes mesures vont alors respecter cette interdiction d’entrer sur le territoire bruxellois.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20