Voici les premiers impacts de la loi-programme De Croo sur notre portefeuille

Gouvernement De Croo

Le gouvernement De Croo a finalisé sa loi-programme pour l’année 2021. Dans cette loi-programme sont détaillées, entre autres, les mesures fiscales qui prendront effet à partir du 1er janvier 2021.

Au cours de ces derniers jours, le gouvernement De Croo a élaboré le budget de l’année 2021. Il s’est également penché sur la loi-programme. Les deux documents devront être soumis à la Commission européenne ,une fois approuvés par le Parlement. Voici déjà un aperçu des mesures fiscales  qui impacteront notre portefeuille dès l’année prochaine.

Fumer deviendra plus cher

Les nouvelles ne sont pas bonnes pour les fumeurs. Les paquets de cigarettes et le tabac à rouler deviendront plus chers à partir du 1er janvier 2021. Le prix d’un paquet de 20 cigarettes passera de 6,8 à 7,5 euros alors que le tabac à rouler augmentera de 2 euros et passera à 11,7 euros. ‘L’augmentation des droits d’accises fait partie de la politique proactive du gouvernement pour décourager l’attrait de la consommation de tabac’, explique le gouvernement.

6 % de TVA applicables aux opérations de démolition- construction en Belgique

Le taux de TVA pour les travaux de démolition et de reconstruction sera réduit de 21 à 6% dans toute la Belgique. Aujourd’hui, ce taux est déjà d’application dans 32 zones urbaines.

Toute personne souhaitant bénéficier de ce taux réduit devra remplir un certain nombre de conditions. Par exemple, la maison en question devra être l’unique bien du propriétaire pendant au moins cinq ans. En outre, la surface habitable de la maison ne pourra pas dépasser les 200 m2. Ce taux réduit sera d’application pendant deux ans.

Un avantage fiscal plus important pour les baby-sitters

À partir de l’année prochaine, les familles qui font appel aux services de garde d’enfants bénéficieront d’une réduction d’impôt plus importante.

Aujourd’hui, les familles ont droit à une réduction d’impôt de 45%, avec un maximum de 11,20 euros par jour de baby-sitting et par enfant. Pour une personne seule, la réduction est de 75%. L’avantage fiscal ne s’applique qu’aux enfants âgés de 12 ans maximum, avec des exceptions pour les enfants gravement handicapés. Dans ce cas, les autorités fiscales appliquent une limite d’âge de 18 ans.

Pour l’année de revenus 2020, le montant maximum sera porté de 11,20 à 13 euros. La limite d’âge passe à 14 ans. Pour les enfants souffrant d’un handicap grave, le plafond sera fixé à 21 ans.

Le gouvernement souhaite également augmenter encore le montant pour cette année de revenus à 13,70 euros, qui sera indexé chaque année par la suite. Il faudra alors présenter un certificat pour bénéficier de la réduction d’impôt.

Montant exonéré d’impôt plus élevé pour les aidants 

Les personnes s’occupant d’un membre de leur famille qui a besoin de soins particuliers bénéficieront d’une allocation exonérée d’impôt dont le montant sera plus élevé. Cette somme sera portée de 3.270 à 4.900 euros à compter de l’année prochaine.

Cette augmentation s’appliquera à ceux qui s’occupent d’un grand-parent, d’un frère ou d’une sœur de plus de 65 ans. La personne qui doit faire l’objet de soins particuliers devra néanmoins avoir une autonomie réduite d’au moins neuf points.

‘Le gouvernement s’efforce de mieux concilier vie professionnelle et vie familiale et de valoriser les soins aux personnes âgées et aux membres de la famille qui résident dans le pays’, était-il précisé.

Pause de l’indexation

La non-indexation sera en vigueur de 2020 à 2023. Le montant qu’une personne pourra fiscalement cotiser comme, par exemple, pour l’épargne à long terme, ne sera pas indexé pour les trois années à venir. 

La non- indexation concernera également :

  • l’exonération des intérêts pour les comptes d’épargne réglementés belges, jusqu’à 980 euros
  • l’avantage fiscal sur la protection juridique et les primes d’assurance, jusqu’à 310 euros
  • la prime fédérale au logement, jusqu’à 3.210 euros
  • l’exonération de la retenue à la source sur les dividendes, jusqu’à 800 euros
  • l’avantage fiscal pour les actions de l’employeur, jusqu’à 780 euros