Voici les plans de la première ‘ville durable sur Mars’

L’idée de créer une colonie humaine sur Mars devient l’un des sujets de prédilection dans les entreprises spatiales. SONet, un réseau rassemblant des universités, des scientifiques et des designers ont déjà créé les plans d’une ville sur Mars. Alors qu’aucun homme n’a encore posé le pied sur cette planète, les projets de ville sont déjà assez détaillés.

La ville a déjà un nom: elle s’appellera Nüwa, en hommage à une déesse de la mythologie chinoise qui protégeait les humains. Le projet pourra rassembler 250.000 humains dans la zone de Tempe Mensa. Il s’agit d’une falaise qui a un accès à l’eau et qui permet d’être protégé des rayonnements du soleil. 4 autres emplacements rassemblent également de bonnes conditions où d’autres villes pourraient s’installer.

Comme Mars se trouve à au moins 6 mois de la Terre, faire des navettes avec les matériaux pour la construction de la ville semble quelque peu compliqué. SONet propose donc d’utiliser directement les ressources martiennes. Il est notamment possible de créer de l’acier à partir de carbone. Les bâtiments seraient construits directement dans la roche de la falaise. Les humains sur Mars vivraient donc en quelque sorte sous terre.

Au bas de la falaise, il y aura toutefois de grands pavillons dédiés à l’interaction sociale et ceux-ci auront vue sur les paysages martiens. Cela devrait soulager tout sentiment de claustrophobie. La vallée rassemblera également les établissements publics : école, hôpitaux, salles de sports, musées, commerces, etc.

Autosuffisance

Au sommet de la falaise seront installés des panneaux solaires qui produiront l’énergie nécessaire à toute la ville. L’idée est qu’ils ne seront pas protégés des rayonnements solaires, ils devraient donc être beaucoup plus efficaces que ceux qu’on connait sur Terre.

Les installations agricoles y seront aussi installées. En plus de produire de la nourriture, les plantes permettront de transformer le CO2 en oxygène et de filtrer l’eau. Les végétaux seront la base de l’alimentation humaine. Les microalgues, qui offrent un très bon rendement pour peu de places seront véritablement le principal aliment de tous les repas des expatriés.

Les humains ne seraient pas les seules espèces terriennes à faire le voyage. SONet prévoit d’amener des animaux pour former des zoos, mais aussi des élevages. Les nouveaux martiens ne seraient donc pas tous végétaliens, mais les porcs, bœufs et poulets ne représenteraient qu’une faible part de leur alimentation.

Les dangers de Mars

Mars n’est pas une planète très accueillante pour l’espèce humaine. Les radiations, le manque d’oxygène, la pression atmosphérique beaucoup plus faible. Toutes ses conditions pourraient très bien nous tuer, selon certains experts. Si par chance, les humains réussissent à survivre, la vie sur Mars changerait totalement leur métabolisme. Ils ne seraient peut-être pas capables de se reproduire et les retours sur la Terre seraient très compliqués.

Toutefois, le réseau SONet affirme avoir pris en compte les conditions inhumaines de cette planète. ‘Nous avons dû faire beaucoup d’analyses et nous avons travaillé avec des scientifiques pour essayer de comprendre à quelles circonstances nous serons confrontées’, a déclaré Alfredo Muñoz, fondateur du studio d’architecture ABIBOO qui travaille avec SONet. Si les plans montrent bien comment la ville protégera des rayonnements solaires, rien n’est précisé sur la gravité, 3 fois plus faible que sur Terre.

Selon le groupe de recherche, la construction de Nüwa pourrait commencer dès 2054 et se finir en 2100, date estimée pour l’arrivée des premiers véritables expatriés humains.

Sur le même sujet:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20