Voici les deux pays latino-américains qui n’ont pas d’armée

Panama et Costa Rica sont les deux seuls pays d’Amérique latine qui ne disposent pas d’armée, écrit Andrés Aguirre d’Opinza.com. Toutefois, contrairement à ce que l’on pourrait penser, cela ne signifie pas que ces deux nations n’investissent pas dans le domaine de la sécurité. En effet, Panama et Costa Rica sont également exposés à des menaces extérieures. Panama partage sa frontière avec la Colombie en proie à la violence et le Costa Rica cherche à éviter que le crime organisé n’envahisse la société comme c’est le cas dans d’autres pays d’Amérique centrale.

Dès lors, même si ces deux pays n’ont pas d’armée, ils injectent énormément d’argent dans la création de corps de sécurité, fonds qui sont considérés comme des dépenses publiques.

Selon un rapport du RESDAL, le Réseau de Sécurité et Défense d’Amérique latine, ces deux nations sont celles qui investissent en sécurité dans la région. Panama investit près d’un milliard de dollars par an en matière de sécurité, soit plus de 2% de son PIB alors que le Costa Rica injecte 900 millions de dollars par an en sécurité, soit également 2% de son PIB. 

Costa Rica et la stabilité institutionnelle

Le Costa Rica a supprimé son armée en 1949. L’absence de corps militaire est considérée comme l’une des raisons de la stabilité institutionnelle civile du Costa Rica durant les dernières décennies. Bien que le pays ne dispose pas d’armée à proprement parler, des groupes entrainés militairement se chargent de protéger le territoire de la délinquance et des menaces extérieures. En outre, le soutien militaire de pays comme les Etats-Unis est une garantie en cas de conflit international.

Panama et sa voisine la Colombie

Les forces militaires panaméennes ont été dissoutes après l’invasion des Etats-Unis en 1989 pour renverser le gouvernement militaire de Manuel Antonio Noriega. De nos jours, Panama est un Etat pacifique qui jouit de la meilleure croissance économique d’Amérique latine.

A Panama, les membres du corps de sécurité frontalier Senafront ont un uniforme de camouflage et portent des armes. Ils sont chargés de protéger la frontière avec la Colombie, lieu où se trouvent les guérillas, les groupes de délinquants mais qui est aussi un passage obligé pour le trafic de drogue et la contrebande.

Même si deux pays n’ont pas d’armées, d’amples dispositifs de sécurité sont étendus à tout le territoire national. Une des craintes principales pour ces deux nations est la menace représentée par les pays voisins où règnent des conflits internes et qui cherchent régulièrement à étendre leurs frontières.