Visa dans le collimateur de l’Europe: ‘La société ne maîtrise pas le blanchiment d’argent sur sa plateforme’

Isopix

La Commission européenne a lancé une enquête sur le géant des paiements Visa au motif qu’il aurait des difficultés à lutter efficacement contre le blanchiment d’argent sur sa plateforme, peut-on lire ce mardi dans le journal britannique The Times. La société avait également été accusée précédemment de fausser la concurrence.

Visa permet aux petites fintech de développer des portefeuilles numériques sur sa plateforme. Elles doivent évidemment sûr se conformer à la législation en vigueur concernant la fraude et le blanchiment d’argent, mais c’est là que le bât blesse.

Dans son dernier rapport trimestriel, la société de paiement avait annoncé que l’Europe avait lancé une enquête à son encontre, mais sans donner plus de détails. Le Times a toutefois pu constater que le législateur remettait en question les règles de Visa en matière de blanchiment d’argent. La firme ne serait en effet pas en mesure de prévenir le blanchiment et la fraude sur sa plateforme. On n’en sait pas plus sur l’enquête à ce stade.

Commissions

Dans le passé, Visa avait également été accusé de fausser la concurrence. L’entreprise américaine Euronet, un distributeur de systèmes de paiement électronique, a poursuivi le géant technologique en décembre dernier au motif que ses commissions pour l’utilisation de terminaux de paiement étaient contraires aux règles de concurrence. Euronet demande compensation et une enquête afin que Visa ne puisse plus poursuivre ce type de pratiques.

La fintech australienne iSignthis a également déjà accusé Visa de refuser aux petites entreprises l’accès à certaines données, selon The Times.

‘Nous travaillons avec un grand nombre de fintech et de start-up différentes’, a réagi un porte-parole de Visa dans les médias américains. ‘Nous accueillons favorablement les nouvelles solutions et les nouveaux moyens de paiement électronique, mais nous veillons toujours à la sécurité et à la facilité d’utilisation que nos clients attendent de nous.’

Lire aussi: