Une fois n’est pas coutume, les Big Tech tirent le Nasdaq dans le rouge

Les bourses américaines reprennent leur souffle après le rallye des derniers jours. Vers 14h15 GMT (16h15 heure belge), le Nasdaq affichait une baisse de 2,06% (11.808,00 points), le S&P500 de 0,97% (3.546,18 points) et le Dow Jones de 0,29% (29.015,09 points).

Alors que le Nasdaq a souvent assumé le rôle de locomotive ces derniers mois grâce à un enthousiasme débridé pour les actions technologies, le Dow Jones est parvenu lui regagner un peu de terrain. Pendant deux jours d’affilée, l’indice vedette est en effet parvenu à surpassé le marché de la tech.

Ce sont d’ailleurs principalement les valeurs technologiques qui affichent une baisse ce jeudi, et ce depuis deux jours. Plus tôt dans la journée, Apple était dans le rouge de 3%, Tesla de 6,3%, Netflix de 1,4% et Microsoft de 2%.

Facebook, qui a annoncé aujourd’hui qu’il n’accepterait plus de publicités politiques dans la semaine précédant les élections présidentielles, cèdait lui 2,5%.

Aviation

Les actions très exposées au coronavirus se portent par contre assez bien. Les compagnies aériennes ont pris jusqu’à 6% et l’opérateur de casinos et d’hôtels MGM a bondi de 2%. À noter, que United Airlines a annoncé ce jeudi qu’elle allait licencier 16.000 employés.

Après avoir volé de record en record ces dernières semaines – avec un pic mercredi à 3.580 points – l’indice élargi S&P500 semble quelque peu marquer le pas. Le Nasdaq avait également enregistré un record mercredi en franchissant la barre des 12.000 points.

Par ailleurs, les chiffres du chômage aux États-Unis (portant sur la semaine dernière) ont également été annoncés aujourd’hui. Ils sont en baisse depuis un certain temps déjà, mais avec 881.000 chômeurs, ils sont même moins nombreux que prévu.

Lire aussi: