Une épidémie mondiale de peur étouffe l’humanité : que peut-on y faire ?

Le rapport publié par les Nations unies a été quelque peu enterré sous la poussière en raison du décès de la reine britannique. Mais c’est de loin le document le plus effrayant que vous puissiez lire cette année. L’indice de développement humain, l’IDH, mesure la progression de la prospérité dans le monde, et il commence maintenant à baisser sensiblement. Il en résulte une insécurité toujours plus grande qui atteint aujourd’hui des proportions hallucinantes. La question se pose de savoir si l’on peut y faire quelque chose.

La semaine dernière, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), l’agence des Nations unies (ONU) qui s’occupe du développement humain, a publié son rapport tant attendu, dans lequel il fait le point, de manière très chiffrée, sur les progrès de l’humanité en termes de prospérité.

Le déclin humain en chiffres

Cet « indice de développement humain » mesure de manière relativement simple la progression de la prospérité dans le monde. Sur la base de 3 critères, tous les pays reçoivent un score de 0 à 1, la Somalie obtenant le score le plus bas (0,361) et la Norvège le plus élevé (0,957).

  • Quelle est la durée de vie de la population ?  Celle-ci est mesurée par l’espérance de vie moyenne à la naissance.
  • Quel est le niveau d’éducation de la population ?  Elle est mesurée par le nombre d’années de scolarité accomplies par chaque adulte avant son 25e anniversaire.
  • Quelle est la richesse de la population d’un pays ? On le calcule en calculant le produit intérieur brut par habitant.

Cela montre que l’indice est en baisse, et ce même pour la deuxième année consécutive, ce qui est sans précédent depuis le début des mesures.

Les raisons de ce déclin

En d’autres termes, nous mourons plus tôt, nous sommes moins instruits et nos revenus diminuent. Les raisons de ce déclin sont bien connues. Il s’agit d’une combinaison de la pandémie de COVID et de changements tectoniques qui n’ont jamais eu lieu dans l’histoire de l’humanité, du moins selon le rapport des Nations unies :

  • L’effet de l’homme sur le climat qui conduira à la famine et à l’effondrement complet de la nature.
  • Les plus grands changements sociaux depuis la révolution industrielle en raison de la nécessaire transformation vers une économie verte et numérique.
  • La polarisation irrépressible du paysage politique.

Et cela aussi

En outre, il y a deux facteurs aggravants. L’indice ne prend pas encore en compte les conséquences catastrophiques de la guerre en Ukraine. L’indice de l’année prochaine devrait montrer une baisse encore plus importante.

La différence avec la précédente grande révolution, la révolution industrielle, est qu’elle s’est déroulée sur plusieurs générations, alors que celle-ci – si nous voulons sauver la planète – devra se dérouler en une seule génération.

Les remèdes

Ce rapport de 320 pages propose des remèdes qui, un par un, sont judicieux pour stimuler la prospérité. Seulement, le monde doit les prendre collectivement et non en ordre dispersé de bataille. L’ONU aime se référer aux 3 « I » : « investissement, assurance et innovation ».

  • Nous devons investir dans une économie verte,
  • Nous devons assurer la sécurité de toute la population par la redistribution des revenus et l’accès aux services de base pour tous.
  • Nous devrions appliquer toutes les innovations technologiques dans un cadre clair allant de l’IA à l’efficacité énergétique.

L’ONU précise que les différents niveaux de développement dans le monde compliquent tout cela.

Le déclin du bien-être mental

L’impact de ces évolutions sur le bien-être mental est cependant le facteur le plus marquant. S’il est frappant de constater que l’indice est un moyen très quantitatif de mesurer le progrès humain, la richesse, il ne dit en fait pas grand-chose de la qualité de vie, du bien-être.

Le sentiment de sécurité perçue en est la meilleure mesure. Avant tout, l’homme veut un abri, de la nourriture et la sécurité. Ce sont les 3 principaux besoins fondamentaux de la pyramide des besoins humains de Maslow. Nous pouvons plafonner les deux premiers avec l’indice, le troisième n’est pas un besoin physique, mais psychologique et n’est qu’indirectement incorporé dans l’indice.

L’insécurité due à la violence, le manque de nourriture et l’absence d’un lieu de vie décent rongent les êtres humains et leur bien-être mental. Les graphiques suivants sont donc éloquents.

Le premier graphique est unique, car il présente une chronologie sur 125 ans, basée sur l’analyse des mots de 14 millions de livres provenant de trois grandes régions linguistiques. Ce qui est frappant ici, c’est que la crise pétrolière des années 1970, censée être la plus grave de l’après-guerre, n’a pas plongé l’humanité dans un sentiment de peur accru.

Bien sûr, il ne faut pas négliger les chiffres de la dernière décennie qui s’accompagnent de niveaux d’anxiété qui éclipsent même les deux guerres mondiales.

L’explosion des chiffres du stress

Les niveaux de stress montent en flèche, comme le montre le graphique ci-dessous.

Le rapport indique que 6 citoyens sur 7 se sentent en insécurité. Plus d’un milliard de personnes souffrent de troubles mentaux. Parmi ce groupe, seuls 10 % bénéficient d’une aide psychologique. Il s’agit d’une pandémie sans précédent.

Nous avons perdu le contrôle de nos vies

Le rapport regorge de politiques pratiques susceptibles de nous remettre sur la voie d’une prospérité croissante : les fameux 3 « I ». Seulement, le rapport ne dit rien sur la manière de désamorcer la pandémie de peur.

La peur est une émotion très difficile et peut-être la plus difficile à tempérer, car elle se résume au sentiment de ne pas avoir le contrôle de sa vie. Les événements qui se déroulent actuellement, de l’explosion des prix de l’énergie aux virus mortels, sont absolument incontrôlables pour la plupart des citoyens.

Viktor Frankl offre un remède

Viktor Frankl, un psychiatre juif de Vienne, a écrit « Le sens de l’existence ». Ce livre est devenu l’une des meilleures ventes de l’histoire avec plus de 15 millions d’exemplaires vendus. Son analyse reste le meilleur manuel pour savoir comment gérer psychologiquement des événements qui échappent à notre contrôle. Pour lui, c’était l’Holocauste, qui reste à ce jour la plus grande catastrophe de l’histoire de l’humanité. 

« Faites face aux faits brutaux, mais ne perdez jamais la foi »

Viktor Frankl avait 40 ans lorsque, plus mort que vif, il a pu quitter le camp de Türkheim, seul survivant de sa famille. Son livre raconte comment lui et plusieurs codétenus ont enduré ce supplice et quelles leçons nous pouvons en tirer.

Ce livre a constitué la base de l’école de « logothérapie » qu’il a fondée, une branche de la psychothérapie qui tente de guérir les patients en leur présentant un objectif de vie qui les motive et dans lequel ils puisent force et énergie. Une approche qui, à l’époque, était diamétralement opposée à l’omniprésente thérapie de la victime passive de Freud. 

Les managers connaissent bien cette philosophie, qui a également été exprimée par le gourou du management Jim Collins dans « Good to Great » : « Faites face aux faits brutaux, mais ne perdez jamais la foi. »

La question est bien sûr de savoir si ce livre est la solution pour tous les habitants de la planète. Le message aujourd’hui est de ne pas abandonner et de se fixer des objectifs est un remède naturel. Tomber dans la léthargie et la passivité serait la chose la plus terrible.


Xavier Verellen est un auteur et un entrepreneur.  Il est propriétaire de la société de conseil PaloAlto33 (www.paloalto33.be) et de la scale up QelviQ (www.qelviq.com).

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20