La crise mentale du coronavirus: ce que le best-seller de Viktor Frankl sur les camps de concentration nous apprend sur le sens de la vie

Nous sommes sur le point d’entrer dans la troisième année de la crise sanitaire. Chaque fois que nous pensons que le pire est derrière nous, le virus revient et fait en sorte que le monde se ferme à nouveau. Au début de la crise, en mars 2020, j’ai écrit un article sur la crise mentale du coronavirus et sur ce que nous pouvons apprendre de Viktor Frankl, un psychiatre juif de Vienne qui, avec « Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie« , a écrit l’un des livres les plus vendus de l’Histoire. Son analyse reste le meilleur guide sur la façon de gérer psychologiquement ce virus incontrôlable.

Tout d’abord, qu’il soit clair que nous n’insinuons en aucun cas que nous vivons le même enfer. Il devrait être obligatoire à l’école de lire certaines des histoires incroyables, mais choquantes, de la vie des citoyens juifs qui ont enduré ces camps. Leur courage et leur persévérance sont des sources d’inspiration durables pour nos vies d’aujourd’hui. Cela n’empêche pas le processus psychologique que nous traversons d’avoir des similitudes…

La logothérapie pour donner un sens à votre vie

Viktor Frankl avait 40 ans lorsque, plus mort que vif, il a pu quitter le camp de Türkheim, seul survivant de sa famille. Son livre raconte comment lui et un certain nombre de codétenus ont enduré ce supplice et quelles leçons nous pouvons en tirer. Ce livre a constitué la base de l’école de « logothérapie » qu’il a fondée, une branche de la psychothérapie qui tente de guérir les patients en leur présentant un objectif de vie qui les motive et dans lequel ils puisent force et énergie. Une approche qui, à l’époque, était diamétralement opposée à la thérapie de la victime passive qui prévalait chez Freud.

La comparaison absurde

À première vue, la comparaison semble absurde. La vie que le coronavirus nous impose aujourd’hui en tant que société et en tant qu’individus n’a absolument rien à voir avec la folle terreur nazie que la population majoritairement juive a dû endurer.

Aujourd’hui, les autorités demandent gentiment, mais de manière répétée, que nous restions enfermés dans un cocon sûr et chaud, où nous sommes encore libres de téléphoner à nos enfants, nos parents ou nos grands-parents et de surfer sur Internet, branchés sur le flux d’informations qui nous rend paranoïaques 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, avec des rapports contradictoires sur l’aplatissement ou non de la courbe de la maladie.

Les prisonniers des camps de concentration vivaient dans des baraquements terribles, traités comme de simples esclaves de travail qui devaient poser des traverses de train dans des conditions climatiques terribles, également séparés de leurs proches, mais sans aucune information sur leur sort, ni aucun espoir de les revoir un jour.

Les similitudes frappantes

Les similitudes deviennent toutefois frappantes lorsque l’on compare la situation actuelle dans notre société occidentale à celle qui prévalait il y a 75 ans dans un coin sombre de Munich. Comment notre comportement humain est identique dans les deux cas et comment nous réagissons de la même manière pavlovienne en tant qu’individus à une catastrophe indépendante de notre volonté. Un phénomène irréel qui domine toute notre vie et qui rend tout ce que nous savions ou faisions auparavant non pertinent aujourd’hui.

Frankl explique de manière presque détachée, comme s’il était un neurologue au service des nazis, comment il a vécu ces années à Auschwitz et Türkheim et comment il a développé, en quelque sorte, un système immunitaire psychologique pour survivre à l’Holocauste.

Il a établi que les prisonniers passaient tous par 3 phases que nous pouvons chacun associer à un modèle de sentiment psychologique distinct.

La première phase est terminée

La première phase, la plus courte, se déroule dès l’arrivée dans le camp. C’est là que prévaut ce que les psychothérapeutes nomment « l’illusion du sursis » (delusion of reprieve). Les détenus, après le choc initial de l’emprisonnement, entrent dans une phase de déni où ils s’imaginent que les choses ne seront pas si mauvaises.

Nous avons dépassé ce stade, car l’apathie du début – « ce ne sera jamais aussi grave qu’en Italie », cela semble si loin – qui a coûté tant de vies, s’est transformée en une attitude extrêmement alerte où les gouvernements annoncent constamment de nouvelles mesures. S’il ne s’agit pas d’une troisième, quatrième ou cinquième dose de rappel, il s’agit alors de porter des masques buccaux, de remplir des papiers ou de télécharger des applis pour être surveillé.

La deuxième phase est encore bien d’actualité

Dans la deuxième phase – celle de l’emprisonnement – l’attitude mentale déterminait si l’on survivait ou non au camp. Ceux qui ont sombré dans l’apathie ou l’optimisme mal placé n’ont pas réussi, ceux qui ont réussi à trouver un sens à leur vie émotionnelle intérieure dans ces circonstances insensées ont réussi.

Pour Frankl, c’était l’ambition brûlante de publier son livre, qui était complètement terminé juste avant son emprisonnement. Et puis, il y avait l’image de sa femme bien-aimée, qu’il évoquait chaque fois qu’il se demandait s’il allait tenir jusqu’à la fin de la journée.

Et en fait, à y regarder de plus près, nous sommes toujours dans cette deuxième phase. De nombreuses personnes ont déjà rechargé leurs batteries plusieurs fois pour se remettre au travail, mais à chaque fois, elles sont repoussées. Les secteurs de l’événementiel et des voyages, mais aussi ceux de l’éducation et de la santé, en proie à des difficultés, ont dû faire preuve de courage à plusieurs reprises.

Se concentrer sur un objectif

Bien sûr, il est très bien de se concentrer en permanence sur un objectif que l’on veut atteindre après la fin de la crise. Surtout si vous n’avez aucune idée du moment où la crise sera terminée. Aujourd’hui, des virologues du monde entier affirment que nous en serons débarrassés d’ici la fin de l’année 2022. Mais ce virus est si imprévisible qu’il est parfaitement possible qu’il mute à nouveau et provoque une sixième vague.

Si cette situation perdure encore quelques mois, de nombreux citoyens tomberont dans l’apathie et réaliseront que la situation est sans espoir. Il y a les récits déchirants d’enseignants qui ont pratiquement oublié leurs enfants et qui doivent souvent se contenter d’un enseignement en ligne peu convaincant. Le pénible déficit d’apprentissage de nombreux jeunes défavorisés n’est pas de bon augure pour les 30 prochaines années. Cela peut conduire à une existence dangereuse où certains ne voient plus ce qu’ils peuvent encore représenter pour la société et leurs semblables.

La gratitude au quotidien

Les prisonniers qui ont survécu étaient reconnaissants pour de très petits moments de bonheur, comme la floraison des premiers cerisiers à l’extérieur du camp ou le morceau de pain supplémentaire qu’un geôlier amical leur donnait. Mais surtout, ils ont gardé le sens du but, le sens de la souffrance, le sens de la survie pour pouvoir enseigner une fois de plus, ou pour réussir à garder leur dignité humaine et ne pas tomber dans des comportements bestiaux.

La troisième phase à venir

Dans la troisième phase de son livre, Frankl décrit la situation des survivants à l’extérieur du camp et leur réintégration dans la société. Pour de nombreux détenus, cette étape a parfois été encore plus difficile que les deux premières phases, car il est alors apparu clairement que la société n’attendait pas les survivants. Cela a souvent conduit à des sentiments de vengeance et d’amertume. Pour certains, en revanche, cela a conduit à un regain de force grâce à une absence totale de peur. Ce qui leur a permis de faire de nouveaux plans.

Bientôt, nous verrons ensemble comment nous nous débrouillerons, en tant qu’individus et en tant que société, dans le monde de l’après-coronavirus. Allons-nous revenir au statu quo ou allons-nous tous essayer de faire quelque chose contre le changement climatique et redéfinir nos priorités ? En tant que société, allons-nous investir plus que jamais dans l’éducation et la formation et réduire notre dépendance vis-à-vis des Big Tech, qui dominent désormais notre quotidien ?

Le chef-d’œuvre de Viktor Frankl est déjà un appel perçant à se relever de ce cauchemar quand il est terminé. Pour essayer de redonner un sens à nos vies malgré les drames humains que nous pouvons encore vivre pendant cette crise. C’est un appel à se fixer des objectifs clairs, et à continuer à profiter de chaque petit bout de bonheur pendant cette nouvelle vague.

Vous pouvez trouver du sens en aidant un voisin dans les moments difficiles, en passant plus de temps à reconstruire une relation avec un ami d’enfance perdu depuis longtemps ou en écrivant ce livre qui vous trotte dans la tête depuis des années. Il s’agit d’une demande pour réveiller votre créativité avec toute votre énergie et construire une vie pleine de sens au quotidien. Mais il est clair que cela est plus facile à dire qu’à faire. Ce satané virus, quand même!


L’auteur Xavier Verellen est le PDG de la société QelviQ, dont les bureaux sont situés à Anvers et à New York. QelviQ est une entreprise de l’Internet des objets qui commercialise une solution pour servir les vins à la température idéale dans le monde entier. (www.qelviq.com)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20