Un troisième crash en 4 ans: quelles conséquences pour Boeing?

Les débris du 737-500 de la compagnie aérienne Sriwijaya Air (Isopix)

La vie est loin d’être un long fleuve tranquille pour Boeing. Alors que l’avionneur a passé deux ans à remettre sur pied son 737 Max, un Boeing 737-500 s’est crashé ce week-end. Un troisième accident mortel en 4 ans qui passe mal.

La semaine dernière, Boeing a clôturé un chapitre fastidieux de son histoire en payant 2,5 milliards de dollars (2 milliards d’euros) au ministère de la Justice. L’amende lui avait été imposée pour avoir apparemment dissimulé des informations dans le cadre de son enquête sur les deux accidents impliquant des 737 MAX.

L’amende payée, Boeing aurait pu repartir sur de bonnes bases. Le 737 Max avait également reçu sa nouvelle autorisation de vol. Après une année fortement impactée par le Covid-19, l’entreprise espérait voir ses commandes reprendre, malgré les quelques soucis rencontrés par le 787 Dreamliner.

Crash

Mais l’année n’a toutefois pas bien commencé pour Boeing. Samedi, un 737-500 avec 62 personnes à bord s’est écrasé dans la mer indonésienne de Java peu après le décollage. Les débris de l’avion ont été retrouvés dimanche.

Boeing a répondu brièvement: ‘Nous sommes au courant des reportages des médias à Jakarta sur le vol SJ-182 de Sriwijaya Air. Nos pensées vont à l’équipage, aux passagers et à leurs familles. Nous sommes en contact avec l’aéroport et prêt à l’accompagner dans cette période difficile’, indique-t-il sur son site Internet.

Recherches

On en sait peu sur la cause du crash, mais les deux boites noires de l’appareil ont été retrouvées et font l’objet d’une enquête. Selon les experts, le risque qu’il s’agisse d’une erreur de construction est faible. ‘L’avion est en service depuis 30 ans et est un très lointain ancêtre de l’avion Max’, a déclaré l’analyste aéronautique Richard Aboulafia à l’agence de presse Bloomberg. ‘Des milliers d’exemplaires ont été réalisés et la production a cessé il y a 20 ans. Si quelque chose n’allait pas, nous l’aurions su.’

Mais cet accident n’est pas pour rassurer les voyageurs. Ils ne sont informés que par les rapports des médias alors que l’enquête va certainement prendre plusieurs années. Les compagnies aériennes pourraient bien perdre confiance dans le constructeur américain et renoncer finalement à leurs commandes.

Le cours de l’action Boeing devrait également être impacté. Ce lundi, le titre de l’avionneur avait déjà perdu 3% avant l’ouverture de la Bourse américaine. Mais cela n’est rien en comparaison de la chute de mars 2019, après le second crash meurtrier du 737 MAX. Le cours avait baissé de 18% en une journée, tandis que la chute avait été de 60% sur dix jours.