Un accord climatique surprenant entre les États-Unis et la Chine permet de sortir de l’impasse des superpuissances

La Chine et les États-Unis ont promis de collaborer pour ralentir le réchauffement de la planète et ont publié une déclaration commune surprenante mercredi. L’accord donne un nouvel élan aux derniers jours des négociations mondiales sur le climat. Ce fut un rare moment de consensus entre deux superpuissances rivales qui semblaient être diamétralement opposées pendant presque tout le sommet sur le climat.

Les deux parties ont convenu d’intensifier leurs efforts pour réduire les émissions. Ils y parviendront notamment en s’attaquant au méthane et à la déforestation illégale, a déclaré aux journalistes Xie Zhenhua, envoyé spécial de la Chine pour le climat. Ensemble, ils mettront en place un groupe de travail pour prendre des mesures supplémentaires. Le groupe se réunira au cours du premier semestre de l’année prochaine. L’homologue américain de Xie Zhenhua, John Kerry, a déclaré que le groupe se concentrera sur des mesures « concrètes ».

En tant que deux plus grandes économies du monde, nous devons « travailler activement à la lutte contre le changement climatique », a déclaré M. Xie. M. Kerry a déclaré que « les États-Unis et la Chine ne manquent pas de divergences, mais travailler ensemble sur le climat est le seul moyen d’y parvenir ». Les deux hommes se sont exprimés lors de conférences de presse séparées, l’un après l’autre, Xie prenant la parole en premier.

Préparer le prochain sommet

Cela revêt une grande importance géopolitique, estime Nick Mabey, cofondateur du groupe de réflexion E3G. « Les États-Unis et la Chine ont indiqué qu’ils allaient mettre fin à la guerre verbale qui se déroule depuis quelques jours. »

L’accord conjoint sur le climat intervient avant un autre sommet virtuel qui devrait se tenir la semaine prochaine entre Biden et Xi. Dans une lettre adressée cette semaine au Comité national des relations sino-américaines, M. Xi a indiqué que la Chine souhaitait renforcer ses liens avec les États-Unis et mieux gérer leurs différends.

Cette rencontre devrait permettre de désamorcer les relations tendues. Les tensions entre les deux superpuissances sont vives, avec des désaccords sur la technologie, le commerce, les droits de l’Homme et le statut de Taïwan. Les deux dirigeants sont incités à amener la relation à un niveau plus égalitaire alors qu’ils se concentrent chacun sur les défis à relever dans leur pays. La politique climatique est un domaine important où ils peuvent coopérer.

Les deux pays ont réaffirmé les objectifs de température de l’accord de Paris. C’est-à-dire limiter le réchauffement à 1,5 degré comme objectif, et ils ont reconnu qu’il existe un fossé entre les politiques actuelles et ce qui doit être fait. Les deux parties sont déterminées à assurer le succès de la COP26, notamment en ce qui concerne les accords sur le financement du climat et les règles visant à créer un marché mondial du carbone, a déclaré l’envoyé spécial pour le climat, M. Xie.

Une bonne nouvelle, mais pas suffisante

Pourtant, la Chine a refusé de se joindre à l’engagement mondial des États-Unis et de l’Union européenne de réduire les émissions de méthane de 30 % d’ici la fin de la décennie. Xie a déclaré que la Chine allait élaborer son propre plan national. M. Kerry a admis qu’il n’avait pas réussi à obtenir de la Chine qu’elle avance son délai pour atteindre le pic des émissions à partir de 2030. « Nous avons atteint notre sommet », a-t-il déclaré.

En tant que premier émetteur mondial de gaz à effet de serre, la Chine peut actuellement faire plus que tout autre pays pour aider le monde à éviter les pires effets du réchauffement planétaire. Mais elle fait valoir que son plan visant à atteindre la neutralité carbone d’ici 2060 est déjà la réduction des émissions la plus ambitieuse jamais tentée.

« Ce ne peut être qu’une bonne nouvelle que les États-Unis et la Chine travaillent en étroite collaboration sur le changement climatique et la réduction des émissions de méthane », a déclaré Bernice Lee, directrice de recherche à Chatham House.  » Mais cette déclaration ne suffit pas à conclure l’affaire. Le véritable test pour Washington et Pékin sera de savoir s’ils feront pression pour obtenir un accord à 1,5°C ici à Glasgow. »

Plus
My following

Bois Sauvage respecte la décision concernant Recticel

06/12/2021 17:05

(ABM FN) Compagnie du Bois Sauvage respecte la décision de la majorité des actionnaires de Recticel de vendre la division Engineered Foams. C’est ce qu’a annoncé la holding lundi après les heures de bourse. 

“Une assemblée générale avec un tel niveau de participation peut être qualifiée de très positive”, a souligné la holding. 

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20