TUI suspend la majorité de ses activités, symbole de la crise du tourisme

Isopix

Le groupe allemand TUI, numéro un mondial du tourisme, a annoncé lundi la suspension de ‘la plus grande partie’ de ses activités de voyagiste face à la propagation de l’épidémie de coronavirus, et demandé des aides de l’Etat.

Cette mesure concerne principalement ses activités de voyages à forfait avec vols charters, d’hôtellerie et de croisières, a précisé dans un communiqué le groupe qui emploie 70.000 personnes dans le monde. Elle est selon TUI, basé à Hanovre en Allemagne, une conséquence des décisions de nombreux pays de restreindre les déplacements pour tenter de freiner la propagation de l’épidémie, et une « contribution » aux efforts en ce sens des autorités.

Le groupe, présent dans une centaine de pays, va appliquer des mesures ‘drastiques’ de réduction de coûts pour faire face à la chute attendue de son chiffre d’affaires. ‘En outre, nous avons décidé de demander des prêts garantis par l’Etat jusqu’à ce que l’activité ait pu reprendre normalement’, a souligné TUI.

Le gouvernement allemand a promis de débloquer une enveloppe ‘sans limite’ de prêts distribués par une banque publique, KfW, afin d’éviter des faillites d’entreprise en série, qui disposera pour démarrer d’une réserve de 550 milliards d’euros.

TUI a dit disposer dans l’immédiat de 1,4 milliard d’euros de réserves de trésorerie et de lignes de crédit. Samedi, le tour-opérateur TUI avait déjà annoncé la suspension de tous ses voyages à forfait depuis la Belgique.

Air France-KLM réduit son offre

Le groupe Air France-KLM va réduire son activité ‘de manière très significative’ entre 70 et 90% lors des deux prochains mois au moins, en raison des restrictions de déplacement et de la demande en baisse consécutives à la propagation du coronavirus, selon un communiqué lundi.

L’offre du groupe en sièges kilomètres offerts, une mesure du calcul du nombre de sièges offerts sur une ligne aérienne, ‘pourrait baisser entre -70% et -90%’, selon le communiqué du groupe qui prévoit en outre ‘une trajectoire financière fortement dégradée’ par rapport aux objectifs annoncés lors de la publication de ses derniers résultats.

Lire aussi: