2 graphiques qui montrent que Trump aura aussi des fans en Europe

Un graphique publié dans un rapport financier du plus grand fonds de couverture du monde, Bridgewater Associates, jette une nouvelle lumière sur l’élection du républicain Donald Trump aux États-Unis.

Trump a réussi à briser ce que l’on appelle le « mur bleu » d’Etats, qui fait référence aux 18 Etats qui ont majoritairement voté démocrate au cours des élections présidentielles entre 1992 et 2012. Cette année, en effet, 3 d’entre eux ont voté majoritairement pour Trump (Michigan, Pennsylvanie, Wisconsin). Cela a suffi à propulser l’homme d’affaires new-yorkais de 70 ans à la Maison Blanche.

Les victimes de la mondialisation

La campagne de Trump ciblait les électeurs blancs des villes manufacturières autrefois florissantes qui ont été touchés depuis 1990 par la mondialisation et la délocalisation des emplois vers des pays à bas salaires.

De nombreux analystes font un lien avec les électeurs qui ont soutenu la campagne pour le Brexit, des gens qui, souvent n’ont pas bénéficié de la mondialisation, contrairement à la capitale Londres.

Le graphique ci-dessous montre dans quelle mesure les actifs faiblement éduqués (bleu) – et moyennement éduqués (rouge) ont payé le prix de la mondialisation depuis 1990 avec leur travail. La barre verte montre la création d’emplois qui a essentiellement profité aux actifs hautement qualifiés.

screen-shot-2016-11-11-at-1-00-50-pm

Les données proviennent de l’économiste du MIT David Autor, et il définit les emplois moyennement qualifiés, grands perdants de la mondialisation, comme “les cols blanc, les employés administratifs, les postes liés aux ventes, les postes des “cols bleus de production”, les emplois d’artisanat et les postes liés à la production”.

La Belgique

Selon Autor, ce sont surtout les hommes qui ont vu leurs emplois disparaître. La Belgique n’a pas échappé à ce phénomène, comme le montre le graphique, qui montre que notre pays est, après l’Irlande, celui où les actifs moyennement qualifiés ont perdu le plus d’emplois.

Les études les plus récentes de l’élection américaine ont montré que Trump avait surtout bénéficié du soutien des hommes blancs de plus de 45 ans, généralement sans diplôme  universitaire, dont les emplois ont été délocalisés vers des pays à bas salaires, ou remplacé par des robots. Ces électeurs sont convaincus que l’économie américaine va mal et que le développement des échanges commerciaux mondiaux a eu pour effet de détruire des emplois aux Etats Unis au bénéfice d’autres nations.

L’augmentation des revenus n’a profité qu’aux 5 % les plus riches

Un second graphique montre l’impact de la mondialisation sur l’ancienne classe moyenne :

screen-shot-2016-11-11-at-1-15-58-pm
Alors que les 5 % les plus riches de la population ont vu leurs revenus augmenter de 50% depuis 1990, les revenus de 80% de la population ont à peine progressé au cours du dernier quart de siècle.