Transformer les villages en stations de ski : le pari olympique de la Chine

Qualification pour le championnat du monde 2019-2020 à Chongli. ISOPIX

La Chine investit massivement pour développer une offre hivernale et accueillir les JO d’hiver 2022. Et construit des stations de ski là où il n’y avait même pas de routes.

Vous n’avez probablement jamais entendu parlé de Zhangjiakou. Ville préfecture de 4 millions d’habitants, elle n’a jamais été sous le feu des projecteurs. Et pour cause : il y a quelques années, la région qui l’entourait n’était entourée que de routes agricoles, et les collines enneigées essaimées de petits villages sous-développées.

À coup de canon

La ville est pourtant amenée à devenir une capitale du sport d’hiver, puisque Pékin l’a désignée comme ville-hôte des futurs JO d’hiver de Pékin en 2022, conjointement à la capitale et à Yanqing. Pour y parvenir, la Chine ne lésine pas sur les moyens. Un rapport du New York Times indiquait que la ville est ‘assez froide pour que la neige reste en hiver, mais il faut la faire tomber à l’aide de machines sur un terrain desséché’. Qu’importe! Le pays a indiqué mobiliser un budget de 3,9 milliards de dollars pour les JO, y compris pour construire des ‘canons à neige pour créer un paysage hivernal’ annonçait la CGTN, le radio-diffuseur d’État ici rapporté par la chaîne CNBC.

Les organisateurs espèrent accueillir 50.000 visiteurs journaliers dans la ville, qui compte désormais 7 stations et 162 kilomètres de piste.

Un marché de 3,5 milliards

Ces Jeux Olympiques d’hiver représentent un énorme effort pour l’Empire du Milieu. Leur annonce, en 2015, a provoqué une véritable marchée forcée pour transformer le pays en acteur crédible des vacances au ski. En 1996, on comptait 11 stations de ski. Il y en avait, en 2016, 646, selon le centre européen SME. Toujours selon ce centre d’étude, le marché avoisinerait les 3,5 milliards d’euros à l’horizon 2022.

Le nombre de visiteurs dans les stations de ski chinoises a triplé, passant de 5,5 millions en 2009 à 15,1 millions en 2016, selon un rapport du cabinet de conseil juridique et comptable Dezan Shira & Associates cité par CNBC.

Des usines à athlètes

En parallèle au développement urbanistique, le pays investit dans ses athlètes. L’agence américaine rapporte ainsi que le ministre de l’éducation chinois a dévoilé un plan pour parvenir à 50 millions d’athlètes hivernaux pour 2025. Il entend aussi construire 5000 écoles spécialisées dans des disciplines de la neige.

Lire aussi: L’accord Chine-USA ‘ne va pas résoudre tous les problèmes’