Tout le monde la sentait venir, mais c’est désormais officiel : la récession arrive en Europe pour la fin d’année

Selon la Commission européenne, la zone euro entrera en récession au quatrième trimestre. L’union monétaire devra notamment faire face à la hausse des prix de l’énergie et au durcissement des conditions de financement.

Pourquoi est-ce important ?

Les craintes d'une récession européenne et mondiale ne datent pas d'hier. Les hausses de taux d'intérêt des banques centrales, y compris de la BCE, signifient que moins d'argent circule dans l'économie réelle. Il y a ensuite les prix de l'énergie qui sont le fruit de la guerre en Ukraine. Après un automne doux, un hiver rigoureux pourrait à nouveau semer la panique sur les marchés de l'énergie, entraînant une hausse des prix du gaz et de l'électricité.

Dans l’actualité : la Commission européenne n’exclut pas une récession pour la zone euro et de nombreux États membres ce trimestre.

  • Pour l’année complète (2022), la Commission européenne prévoit toujours une croissance économique de 3,3 % dans l’Union européenne et de 3,2 % dans la zone euro. Cela est dû en partie à une forte croissance économique au cours du premier semestre de l’année.

Les détails : L’inflation élevée reste (avec la crise énergétique) l’une des principales raisons pour lesquelles l’Europe souffre tant actuellement. Les ménages voient leur pouvoir d’achat disparaître comme neige au soleil.

  • La dévaluation monétaire dans la zone euro a atteint 10,7 % en octobre.
  • La Commission prévoit que les prix augmenteront en moyenne de 8,5 % cette année et de 6,1 % en 2023.

Que nous réserve l’avenir ?

Et ensuite ? La Commission européenne partage également quelques projections pour les années à venir.

  • L’inflation devrait diminuer en 2023. Toutefois, elle restera élevée, à 7 % dans l’UE et 6,1 % dans la zone euro, avant de se modérer pour atteindre respectivement 3 et 2,6 % en 2024.
  • Par rapport à l’estimation intermédiaire de l’été, cela signifie une révision à la hausse de près d’un point de pourcentage pour 2022 et de plus de deux points pour 2023.

Comme il est peu probable que l’inflation élevée disparaisse de sitôt, une contraction économique est aussi attendue au troisième trimestre de 2023.

  • La Commission européenne prévoit que la croissance économique de l’Union européenne et de la zone euro atteindra 0,3 % l’année prochaine.
  • En 2024, la croissance économique reprendrait progressivement pour atteindre une moyenne de 1,6 % dans l’UE et de 1,5 % dans la zone euro.

La Commission européenne a ajouté que beaucoup de choses pourraient mal tourner l’année prochaine. « Les perspectives économiques restent entourées d’un degré exceptionnel d’incertitude, car la guerre russe contre l’Ukraine se poursuit et le potentiel de nouvelles perturbations économiques est loin d’être épuisé », fait-il écho. « La plus grande menace vient des conditions défavorables.

BL

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20