Le titan chinois de l’immobilier estime que le pire de la bulle est passé, mais est-ce vraiment le cas ?

Le patron du deuxième plus grand promoteur immobilier chinois estime que la baisse de la demande sur le marché du logement est terminée. Mais l’impact sur l’économie chinoise reste encore à venir.

La gigantesque bulle immobilière chinoise, créée par un boom de la construction stimulé par le gouvernement pendant des décennies, ne semble pas vouloir éclater pour le moment. En fait, le pire pour le marché du logement en Chine est peut-être déjà derrière nous. C’est du moins ce que pense Yu Liang, président de China Vanke, le deuxième plus grand promoteur immobilier du pays.

Mardi, la société, qui emploie quelque 139.000 personnes et fait partie du Fortune Global 500, a tenu son sommet annuel. Les déclarations de Yu ont été partagées via une transcription officielle sur WeChat. « À court terme, le marché a trouvé un fond. La reprise sera un processus lent et prudent et prendra du temps », a déclaré M. Yu.

Bonne nouvelle pour les sociétés immobilières en difficulté

Pour étayer ses propos, M. Yu a cité une augmentation modérée des ventes en mai et en avril dans les villes de premier et de second rang. Dans le système chinois de classification urbaine, les métropoles telles que Pékin et Shanghai sont de première classe, tandis que des villes comme Chengdu et Wuhan appartiennent à la deuxième classe. La vente de logements dans ces villes est l’un des principaux indicateurs permettant d’évaluer la santé du marché immobilier chinois.

Selon Yu, ces chiffres de vente connaîtront une nouvelle augmentation en juin. Ce serait une bonne nouvelle pour les différents promoteurs immobiliers du pays, qui connaissent des problèmes de liquidités et doivent se défaire en masse de leurs actifs pour garder la tête hors de l’eau. Evergrande, en particulier, a un énorme problème avec sa montagne hallucinante de dettes d’au moins 300 milliards de dollars.

Un coup de pouce temporaire grâce à la fin des confinements

Les chiffres donnent en partie raison à Yu. Les analystes de Bloomberg s’attendent à ce que les actions des promoteurs immobiliers chinois augmentent de 2,7 % au cours du mois à venir. En outre, plusieurs signes indiquent que le marché du logement connaît des jours meilleurs.

Ces derniers mois, les gouvernements locaux ont assoupli certaines interdictions d’achat et baissé les taux hypothécaires. En conséquence, l’achat de nouvelles maisons a augmenté de 89% en juin dans 17 villes, selon China Index Holdings, une holding qui suit les données relatives à l’immobilier.

Toutefois, cette hausse pourrait être due à un coup de pouce temporaire résultant de la fin de plusieurs confinements draconiens dans le pays. Yu ne prévoit pas non plus de nouveau boom immobilier dans les années à venir. « Le secteur entre dans une nouvelle période de développement », a déclaré le chef de Vanke prudemment.

Rien de nouveau n’est construit en Chine

La douloureuse réalité reste que le marché immobilier chinois a vu ses ventes diminuer pendant 11 mois consécutifs (en comparant aux chiffres du même mois l’année précédente). C’est un record absolu pour un marché qui n’a été privatisé que dans les années 1990. Selon les analystes de Bloomberg, les titans de l’immobilier se retrouvent avec trop de stocks et rien de nouveau n’est construit en Chine.

La demande de services et de biens que les sociétés immobilières apportent à la Chine par la construction de maisons et la vente de biens immobiliers représenterait environ 20 % du PIB chinois. Cela signifie que l’économie chinoise ne tardera pas à être sérieusement touchée lorsque les conséquences du ralentissement de la construction deviendront évidentes.

« C’est le pire effondrement immobilier de l’histoire », analyse Lu Ting, économiste en chef pour la Chine chez Nomura Holdings. La baisse de la demande sur le marché immobilier serait plus importante que celles de 2008 et 2014. Même à l’époque, ces crises ont eu un impact considérable sur le marché mondial des matières premières en raison de la diminution de la demande chinoise d’acier et de cuivre.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20