Tesla n’est pas une entreprise, mais un “incinérateur de cash”

La part de Tesla a beaucoup baissé jeudi à la suite de la publication d’un article du Wall Street Journal qui évoque la précarité de la situation de trésorerie de la société.

Le journal d’affaires américain affirme également que plus de 15 investisseurs institutionnels ont refusé de faire de nouveaux investissements dans SolarCity, le fabricant d’installations solaires, et dont Elon Musk est le président.  Ce dernier avait récemment annoncé son intention de fusionner SolarCity et Tesla, mais beaucoup d’investisseurs n’approuvent pas ce projet.

Ils redoutent que la fusion aboutirait à une diversification préjudiciable des activités de Tesla, en raison de possibles conflits d’intérêts. En outre, beaucoup l’analysent comme un plan de sauvetage de SolarCity, ajouterait encore plus de pression sur la situation financière des deux sociétés.

Screenshot 2016-09-01 13.05.44

Elon Musk fait valoir que la fusion permettra le développement d’une économie durable. Selon l’homme, qui détient plus de 20 % des parts des deux sociétés, l’opération est logique, elle permettra d’économiser de l’argent, et de créer une entité plus diversifiée, basée sur des synergies importantes dans la production et les ventes. Pour les investisseurs à long terme, c’est un gage de valeur ajoutée significative.

Mais les investisseurs semblent de plus en plus critiques à l’égard des arguments de Musc. Dans son rapport mensuel à ses clients, Mark B. Spiegel de Stanphyl Capital Management affirme que tout ce que le patron de Tesla sait faire, c’est “incinérer du cash” et il qualifie le constructeur de “plus grande bulle boursière des marchés”. Selon lui, la demande pour le modèle S de Tesla et le modèle X demeurent faibles, alors que la concurrence se renforcera inévitablement au fil du temps. “D’ici 2021, tous les constructeurs auront leur modèle électrique. Tesla passera de 0 concurrent direct à 40 concurrents directs”, dit-il.

Lorsque General Motors lancera prochainement sa voiture électrique Bolt EV (qui est moins chère que les modèles Tesla) sur le marché, un grand nombre de commandes pour la Tesla Model 3 seront annulées. Mais nous n’en entendront jamais parler, écrit Spiegel.

Mercredi, on a appris que les deux firmes Tesla et SolarCity étaient presque à court de leurs réserves de trésorerie. La première doit payer 422 millions de dollars aux porteurs d’obligations et devrait de nouveau organiser une levée de fonds à la fin de cette année. Le producteur d’installations solaires SolarCity ne disposait plus que de 146 millions de dollars en trésorerie à la fin de juin, alors qu’il doit rembourser un prêt de 250 millions de dollars d’ici la fin de cette année.

Depuis la fin de l’année 2014, Tesla a dépensé plus de 3 milliards de dollars sur son coeur d’activités et a levé de l’argent chaque année sur les marchés de capitaux depuis son introduction en bourse en 2010. Le constructeur entend le faire une nouvelle fois cette année pour financer les coûts de la fusion avec SolarCity.

FactSet a calculé que la part Tesla se négocie à une valeur équivalente à plus de 300 fois le bénéfice attendu. Cette caractéristique classe l’entreprise dans la liste des géants des technologies comme Alphabet, Apple, Amazon.com , Facebook et Salesforce.com. Sauf que ces sociétés sont de véritables vaches à lait, alors qu’on ne peut pas en dire autant de Tesla…