Les soldats russes utilisent des munitions vieilles de 40 ans : « Vous croisez les doigts en espérant que la cartouche sera tirée normalement »

Les stocks de munitions de la Russie ont atteint des niveaux dramatiques, obligeant le pays à utiliser des cartouches, des roquettes et des grenades vieilles de 40 ans, a déclaré à Reuters un haut responsable de la défense américaine.

Pourquoi est-ce important ?

La guerre en Ukraine est devenue une véritable guerre d'usure. Les pénuries de l'armée russe sont si prononcées que Poutine a même créé un nouvel organe gouvernemental spécial. Le comité est chargé d'accélérer la livraison d'armes et de fournitures militaires aux troupes russes, mais malgré cela, les pénuries restent importantes, ce qui limite sérieusement le poids de l'armée.

Dans l’actu : « Ils ont puisé dans le stock de munitions obsolètes (russes, NDLR), indiquant qu’ils sont prêts à utiliser ces anciennes munitions, dont certaines ont été produites il y a plus de 40 ans », explique le responsable.

  • En outre, les Américains estiment que la Russie aura épuisé son stock de munitions entièrement utilisables au début de l’année prochaine, ce qui l’obligera à se tourner vers l’Iran et la Corée du Nord, entre autres, pour s’approvisionner.
  • Toutefois, l’utilisation de munitions obsolètes n’est pas sans danger : « En d’autres termes, vous chargez la munition et croisez les doigts en espérant que la cartouche sera tirée normalement. Mais il peut aussi exploser à l’intérieur de l’arme, avec toutes les conséquences pour l’utilisateur », précise l’Américain.
  • Mais plus important encore, les munitions non explosées représentent une menace sérieuse pour la population ukrainienne après le conflit.
  • Selon une étude de l’université Brown, plus de 20.000 personnes auraient été tuées ou blessées par des munitions non explosées en Afghanistan entre 2001 et 2018.

L’industrie de l’armement russe s’est effondrée grâce aux sanctions occidentales

Leur propre industrie : Au début du mois, Avril Haines, la directrice du renseignement national américain, a déclaré lors d’une réunion de responsables américains en Californie que la Russie utilisait des munitions à un « rythme vraiment extraordinaire ».

  • M. Haines s’attend donc à ce que les Russes tentent de reconstituer leurs stocks de munitions en utilisant leur propre production nationale et des fournisseurs étrangers. Toutefois, les sanctions occidentales ont provoqué l’effondrement de l’industrie de l’armement de la Russie, qui n’est plus en mesure d’entretenir sa propre armée.
  • Le responsable des exportations d’armes de la Russie, Alexander Mikheyev, a déclaré en début d’année que les revenus du secteur avoisineraient 10,8 milliards de dollars en 2022. C’est environ 26 % de moins que l’année précédente.
  • « Il n’est donc pas surprenant qu’ils tendent la main à des pays comme l’Iran et la Corée du Nord pour obtenir des munitions plus fiables », a déclaré M. Haines.
  • Vladimir Poutine a également mis en place un comité spécial chargé de la fourniture d’armes et de matériel militaire.
  • « Si nous suivons les procédures bureaucratiques standard et que nous nous cachons derrière des formalités, nous ne parviendrons pas à obtenir le résultat souhaité dans quelque domaine que ce soit. Nous avons besoin d’un mécanisme spécial, qui permettra de résoudre les problèmes efficacement et rapidement », a déclaré Poutine fin octobre.

Les régimes rebelles : Pour faire face à la pénurie de munitions, le Kremlin se tourne notamment vers l’Iran et la Corée du Nord.

  • L’Iran, par exemple, est devenu un important fournisseur militaire de la Russie au cours du conflit. Le régime de Téhéran a précédemment admis avoir fourni des drones à la Russie pour qu’ils soient utilisés en Ukraine. 
  • Moscou tente aussi d’obtenir des Iraniens des centaines de missiles balistiques afin de faire sauter le réseau électrique ukrainien, entre autres. En raison des bombardements précédents, des millions d’Ukrainiens doivent affronter le rude hiver sans électricité ni chauffage.
  • Le porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, John Kirby, a déclaré la semaine dernière que les relations entre la Russie et l’Iran s’étaient transformées en un « partenariat de défense à part entière ».
  • En septembre, on a également appris que la Russie avait acheté à Pyongyang des équipements militaires d’une valeur de plusieurs millions de roubles. 

RVW

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20